THÈSES

page d'accueil

 

THÈSES (Bibliothèque Université Claude Bernard Lyon 1)
   

2000

- LARFOUILLOUX / CHEVRE Isabelle. Approche du problème des dermatoses professionnelles dues aux plantes au travers de quelques illustrations. Thèse de doctorat en pharmacie : Lyon 1, 2000 - n° 26.
L'auteur présente dans ce travail les principales plantes ou familles de plantes, à l'état naturel, au sujet desquelles en Europe des cas de dermatoses professionnelles ont pu être rapportés.
Ces exemples permettent d'illustrer les aspects cliniques et les mécanismes en cause des phytodermatoses ainsi que les principales professions exposées au risque de leur survenue.
D'un point de vue médico-légal, en France, certaines de ces dermatoses peuvent être déclarées, reconnues et indemnisées au titre de maladies professionnelles telles qu'elles sont définies dans le Code de la Sécurité Sociale.

- PENEZ Fabienne. Etude d'une cohorte de salariés fortement exposés à l'amiante sur un même site professionnel. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2000 - n° 162.
A partir du registre des embauches d'une usine de matériau en amiante-ciment située dans la région Rhône-Alpes, nous avons reconstitué la cohorte des employés. Sur les 459 personnes répertoriées, 48 ayant travaillé moins d'un mois n'ont pas été prises en compte, 16 sont perdues de vue, 82 sont décédées. Les principales données concernant mortalité et morbidité sont les suivantes :
- Le taux de mortalité globale est comparable à celui de la population générale.
- L'incidence du cancer broncho-pulmonaire n'est pas augmentée.
- L'incidence du mésothéliome est de 141/100 000 personnes-années, soit plus de 40 fois le chiffre attendu.
- Plus du 1/3 des sujets vivants retrouvés sont porteurs de lésions pleurales bénignes significativement associées à une augmentation des symptômes cliniques.
- Si un nombre important de sujets déclarent bénéficier d'une surveillance radiologique, une infime minorité se voit appliquer les modalités du suivi post professionnel.

retour Thèses

2001

- BERJOLET de LARQUIER Anne. Amiante : les risques professionnels des salariés de la section 3. Etudes d'expositions anciennes et état des lieux de la prévention en Rhône-Alpes. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 237.
Depuis le décret n° 96-98 du 7 février 1996, l'exposition professionnelle des travailleurs à l'amiante fait l'objet d'une réglementation stricte. Ce décret place les travailleurs effectuant des " activités et interventions dont la finalité n'est pas de traiter l'amiante mais qui sont susceptibles de provoquer l'émission de fibres d'amiante " dans la section 3. Après le rappel des généralités sur l'amiante, ses utilisations, ses dangers pour la santé, nous avons défini la section 3 pour mieux identifier qui étaient les travailleurs en question. Notre étude des déclarations de maladies professionnelles reçues à l'Inspection Régionale Médicale du Travail de Rhône-Alpes de 1997 à 1999 a montré que la section 3 y est particulièrement représentée. Un sondage réalisé auprès de médecins du travail " correspondants amiante " de la région, concernant leur expérience en matière de prévention contre le risque amiante en section 3 rend compte des difficultés rencontrées par ceux-ci.

- BUBNIC Anita. Le harcèlement moral au travail. Étude d'un harcèlement de gestion. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 193.
Le harcèlement existe bien au sein du monde du travail et il apparaît que des études complémentaires soient nécessaires pour en préciser l'étendue ainsi que pour mieux appréhender les circonstances favorisant le phénomène. Nous avons pu constater à la lecture de la littérature les secteurs d'activité variés où peut se produire le harcèlement, la multitude des situations rendant n'importe quel individu au travail une possible cible, les techniques systématiquement employées dans le but d'isoler, de déstabiliser puis d'affaiblir voire de détruire psychologiquement un individu. De même, les répercussions professionnelles et sociales sont souvent lourdes. La gravité de ces répercussions est liée à ce que lors d'un processus de harcèlement moral, le rôle habituel du travail en tant que promoteur de la santé par l'accomplissement de soi et la contribution à une réalisation sociale ne peut plus se jouer et que cela entraîne une forte blessure identitaire. Notre observation a permis de relater un cas de harcèlement moral jusqu'alors peu décrit, puisqu'il s'agit d'un harcèlement moral de gestion appliqué à un collectif. Le harcèlement de gestion se caractérise par des techniques visant en premier lieu à atteindre l'individu dans son métier. Les éléments marquants de cette observation sont, au-delà de l'apparition de manifestations somatiques et psychiques classiquement décrites dans le harcèlement moral, la place primordiale du témoignage pour chacun des salariés. Le désir de témoigner est lié à la volonté de reconnaissance de l'agression subie et au souhait que d'autres ne soient pas victimes. Aussi, le harcèlement de gestion se distingue des autres formes de harcèlement par une plus longue phase de lutte avant que ne survienne la maladie et par l'absence du sentiment de honte d'avoir vécu une relation de victime.

- COUMERT Amaury. Allergie dite au ver à soie : Analyse clinique, physiopathologique et perspective prophylactique. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 243.
Les premières constatations d'allergie dite au ver à soie remontent à plus de trois siècles et, avec la quasi-disparition des magnaneries françaises, le tableau clinique rencontré, lors de cette allergie, peut être méconnu. Toutes les observations d'allergie au Bombyx mori rapportent des manifestations cliniques de rhinite et d'asthme. Elles montrent que jusqu'à 48 % des travailleurs de la soie peuvent être atteints de crise d'asthme en fonction du poste qu'ils occupent. Le mécanisme allergique mis en cause dans la survenue de ces manifestations est une réaction immédiate IgE dépendante. Notre étude confirme ces données, avec la survenue d'une rhinite simple puis d'un asthme allergique, parfois sévère, et souligne le rôle majeur joué par la séricine dans cette allergie. Toutefois, d'autres allergènes, ainsi que des réactions allergiques non spécifiques, sont, sans équivoque, impliqués dans les mécanismes physiopathologiques. Ainsi, le ver lui-même, le corps de papillon, les déjections, et dans de rares cas le fil de soie constitué d'un polymère de complexe protéique fibroïne-P25 peuvent induire des manifestations allergiques. Ces autres allergènes semblent, cependant, jouer un rôle secondaire dans la gravité des tableaux cliniques observés. Devant un tableau clinique dont la relation avec le Bombyx mori peut être faite, et, dont l'évolution est potentiellement péjorative, une reconnaissance en maladie professionnelle nous semblerait totalement justifiée. De même, une politique de santé préventive avec mise au point de mesures prophylactiques primaires et secondaires mériterait d'être réfléchie.

- KLING Laurence. Consultation spécialisée de travail sur écran : Analyse de 85 fiches de synthèse médico-professionnelles. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 137.
Prix ESSILOR de médecine du travail 2002.
L'activité principale (10 %) de la consultation d'ophtalmologie dans le service de maladies professionnelles du Centre Hospitalier Lyon Sud est constituée par l'examen de sujets travaillant sur écran. Chaque consultation donne lieu à la rédaction d'une fiche comportant des renseignements professionnels et médicaux. Après avoir étudié le fonctionnement de la consultation, nous exposons une analyse statistique de 85 fiches de synthèse pour chercher d'éventuelles relations entre les différents éléments d'installation représentent 38 % des cas. 91 % des patients présentent des signes fonctionnels d'asthénopie dont 100 % après l'âge de 45 ans. 91 % d'entre eux ont aussi des défauts visuels. 2/3 présentent des anomalies des phories. Les éléments les plus significatifs sont durée de travail, anomalies des phories mais surtout l'âge dont le poids statistique est prédominant en analyse multivariée. Dans l'avenir, il y a un risque d'émergence de problèmes nouveaux liés à la chirurgie réfractive.

- LAMBERT-CHHUM Rachel. Exposition toxique professionnelle pendant la grossesse : expérience du Centre antipoison de Lyon (1995-2000) et revue de la littérature. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 152.
Les expositions chimiques professionnelles chez la femme enceinte sont relativement fréquentes. Les données permettant une évaluation du risque sont limitées.
Au cours de ce travail, cent grossesses ayant subi une exposition chimique professionnelle ont été suivies jusqu'à leur terme. Aucune augmentation du risque malformatif ou de fausses couches par rapport à la population générale n'a été mise en évidence.
Bien que les données toxicologiques soient peu nombreuses, ce travail montre qu'il est possible de faire une évaluation réaliste du risque et de prendre en charge ces grossesses exposées.

- PLASSE Fabienne. Les risques professionnels en laboratoire de microbiologie. Étude de l'éclairage du laboratoire de microbiologie de l'hôpital Édouard Herriot. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 207.
Les risques professionnels des laboratoires de microbiologie sont multiples ce qui justifie l'intervention du médecin du travail. Les risques biologiques et chimiques sont les plus préoccupants : les premiers via les accidents d'exposition au sang et les aérosols produits lors des manipulations des prélèvements à analyser. Les seconds résultent d'une multi-exposition à des produits aux propriétés cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction connues ou suspectées. Nous avons étudié plus particulièrement l'éclairage dans le laboratoire de microbiologie de l'hôpital ÉDOUARD HERRIOT. Ce type d'activité nécessite une performance visuelle maximale qui dépend de l'individu et des conditions d'éclairement du poste de travail. La définition d'un éclairage adapté à l'activité de microbiologie doit respecter plusieurs paramètres : - l'exigence visuelle du travail - le confort visuel - la sécurité. Les mesures ont montré un niveau d'éclairement inférieur aux recommandations des normes ce qui expliquent les plaintes visuelles rencontrées. Des propositions ont été faites pour l'aménagement du laboratoire actuel et certaines se sont intégrées dans le projet d'un futur laboratoire.

- PRUNARET - BOQUILLON Bérengère. Plan de prévention de la légionellose en milieu industriel. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 43.
La légionellose est favorisée par les technologies utilisées dans l'industrie. Legionella pneumophila est l'agent infectieux le plus fréquemment retrouvé dans cette pathologie. Elle atteint des sujets immunodéprimés ou ayant d'autres facteurs de risque (âge : 50 ans, sexe masculin, tabagisme, alcoolisme, une chirurgie récente ou une maladie sous-jacente). Dans notre travail, la réalisation du plan de prévention de la légionellose en milieu industriel est limitée par certaines incertitudes sur l'écologie des Legionella (les marqueurs de la pathogénicité, la relation dose-effet et dose-réponse, le degré d'exposition). Legionella pneumophila prolifère en industrie à cause de la formation du biofilm, de la présence d'une température comprise entre 25°C et 40°C, de la multiplication des Legionella intra-amibiennes et de l'existence de "bras morts". Il convient donc d'éviter toute eau stagnante, de maintenir des températures supérieures à 50°C, de réaliser des opérations de nettoyage, de remplacer les éléments usés et d'utiliser les chocs thermique et chloré. Nous ne disposons pas pour l'instant d'études épidémiologiques sur la proportion de légionelloses industrielles.

- RAVETIER-SORGUES Sophie. Évaluation de lexposition aux gaz anesthésiques des infirmiers anesthésistes d'un grand centre hospitalier (étude épidémiologique, métrologie d'ambiance et individuelle et recommandations sur les locaux et les pratiques). Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 64.
Prix de Thèse d'exercice de médecine du travail INRS 2002.
Ce travail aborde le problème de la pollution des blocs opératoires par les gaz anesthésiques. Après une synthèse bibliographique sur la toxicité professionnelle des gaz anesthésiques et un rappel du cadre législatif, nous avons réalisé une étude épidémiologique couplée à une campagne métrologique. L'étude exposés - non exposés a révélé la prévalence statistiquement significative de céphalées et de ralentissement psychomoteur dans la population des infirmiers anesthésistes d'un grand centre hospitalier, par rapport à une population témoin non exposée, appariée selon des critères d'âge, de sexe et d'horaires de travail. Les mesurages d'ambiance et individuels par spectrophotométrie infrarouge et dosimétrie active ont confirmé l'exposition professionnelle avec des taux supérieurs aux seuils recommandés français, et ont permis de mettre en évidence des facteurs de pollution. Les résultats de cette étude ont été présentés au Comité d'Hygiène, de Sécurité des Conditions de Travail de l'établissement, et un plan d'action visant à limiter l'exposition du personnel soignant travaillant dans les blocs opératoires a été proposé.

- SAUZET-VITRY Sylvie. Pathologies pulmonaires nodulaires et infiltratives chroniques et activité professionnelle de nettoyage. Rôle des poudres à récurer. A propos de quatre cas. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2001 - n° 224.
L'objectif de ce travail était de s'interroger sur le rôle de la poudre à récurer sur le développement de pathologies infiltratives pulmonaires chroniques lorsqu'elle était utilisée de façon intensive dans le cadre d'une activité professionnelle de nettoyage. Nous avons réfléchi sur le cas de quatre patients ayant connu une telle exposition avant 1996. L'analyse de leur biopsie pulmonaire en microscopie optique à la lumière polarisée a mis en évidence des particules biréfringentes. C'est l'étude minéralogique en microanalyse, réalisée pour trois d'entre eux, qui a permis de conclure qu'il s'agissait de particules de silice ou de silicates. Enfin nous avons envisagé de proposer deux de nos observations au Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles (CRRMP) afin que ces patients puissent être indemnisés au titre des maladies professionnelles.

retour Thèses

2002

- JEANNERET Christelle. Internet pour le médecin du travail : sélection et évaluation de sites. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2002 - n° 219.
Internet est d'actualité, et le nombre de sites le constituant ne cesse d'augmenter. Cet outil de documentation semble répondre aux attentes du médecin du travail pour ses recherches documentaires. Seulement, ce média peut véhiculer des informations dont l'exactitude n'est pas toujours garantie. Nous avons dressé l'état de la toile utile au médecin du travail en sélectionnant les sites profitables à sa pratique quotidienne. La qualité des informations de santé a été analysée grâce à une grille que nous avons conçue. Cette grille comportait six thèmes principaux divisés en 28 critères pour un score maximal de 189. L'évaluation était suivie d'une description. Notre travail a permis d'explorer environ 300 sites. 97 ont été sélectionnés, évalués, décrits, commentés et notés. Au travers de cette sélection, Internet s'avère être un outil utile au médecin du travail tant pour l'actualisation de ses connaissances, ses recherches en toxicologie comme en législation ainsi que pour la création d'une communauté virtuelle. Ce travail permet de faciliter les recherches du médecin du travail sur Internet grâce au répertoire de sites classés dont la crédibilité et l'utilité ont été contrôlés.

- KISRANE Souade. Aide médicale urgente dans la Drôme. Gestion des appels d'urgence en milieu du travail. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2002 - n° 54.
La sécurité et l'organisation des secours dans l'entreprise sont conduites par le médecin du travail, sous la responsabilité de l'employeur. Majoritaires, les entreprises de petite taille ne possèdent pas de secouristes du travail, ni d'organisation médicale sur place. Ainsi, les soins aux victimes d'accident du travail sont confiés aux structures extérieures. Un certain nombre est pris en charge sur les lieux du travail par les sapeurs pompiers ou les moyens du SAMU. L'étude concerne les 852 fiches de régulation du SAMU 26 relatives aux accidents du travail en 1998. Elle analyse, d'une part, à partir du numéro d'urgence composé (le 18 ou le 15), les moyens mis en œuvre dans la prise en charge de ces accidentés, selon leur pathologie, leur gravité et leur destination. Elle étudie d'autre part, les problèmes liés aux décès sur les lieux du travail. L'étude révèle principalement qu'une collaboration entre les médecins du SAMU et du travail est nécessaire afin de former les salariés aux systèmes d'alerte et d'adapter au mieux les moyens de secours.

- PIERRON Jérôme. Évaluation des nuisances sonores en salle de surveillance post-interventionnelle (SSPI). Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2002 - n° 226.
Le but de cette étude est de mesurer le niveau sonore objectif en salle de réveil grâce à un sonomètre et d'en identifier les origines. Les mesures ont été réalisées sur 26 patients. Un interrogatoire mené auprès de ces patients est ensuite réalisé, tout d'abord non dirigé, consistant seulement à répondre à la question : " Qu'est ce qui vous a gêné pendant votre séjour en salle de réveil ? " ; puis dans un deuxième temps dirigé, en prenant une série d'items prédéfinis (bruit, douleur, nausées, froid...). Le niveau sonore global est largement au-dessus des niveaux sonores acceptables à l'hôpital. Seulement 0,2 % des mesures se trouvent dans les limites légales. L'étude des pics sonores > 65 dB(A) et leur mise en relation avec l'événement sonore causal montre que ce sont les bruits humains qui sont la première cause en fréquence de nuisances sonores (35 %, dont conversations : 29 %) puis les activités de soins (33 %) et les alarmes des appareils de surveillance (24 %). Les plaintes des patients à l'interrogatoire sont : la douleur, les sondes, le froid, le masque à 02 et en 5ème position : le bruit. De plus, on ne retrouve aucune corrélation entre niveau sonore mesuré objectif et plaintes des patients.

- SAULEAU Érik-André. Évaluation de l'exposition professionnelle pour l'épidémiologie prospective : propositions de stratégies de mesures. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2002 - n° .
Dans le cadre de l'épidémiologie professionnelle prospective, notre objectif est de proposer une stratégie optimisée de répartition d'un nombre prédéterminé de mesurages de l'exposition entre différents groupes d'exposition homogènes, caractérisant différentes tâches. Notre méthode a consisté, sur la base de données réelles à simuler l'évolution historique de plusieurs populations industrielles, les différents postes de travail et les tâches exécutées en leur sein, lesquelles sont considérées comme des groupes d'exposition homogène. A partir de ces données l'exposition journalière est simulée pour chaque sujet. Les différentes stratégies de mesurage consistant en un nombre annuel de mesurages pour chacune des tâches ont été simulées de même que l'état de santé à un moment t sous l'hypothèse d'un effet linéaire de l'exposition cumulée. Les critères de comparaison des stratégies consistaient en erreurs quadratiques moyennes sur les estimations de l'exposition cumulée et sur les pentes doses-réponses estimées lors d'une étude transversale à l'instant t.
La stratégie qui a été retenue comme optimale consiste à répartir annuellement les mesurages proportionnellement à l'estimation de l'erreur-type de l'exposition moyenne dans chaque groupe d'exposition. Cette erreur-type est estimée en fonction de l'effectif, des résultats des mesurages passés, des durées d'exposition ainsi que d'une idée a priori sur les écart-types géométriques des mesurages dans des groupes d'exposition homogènes.
Cette stratégie est applicable en hygiène industrielle, son optimalité demande cependant à être validée dans d'autres circonstances, notamment si l'effet de l'exposition n'est pas cumulatif.

- TRAN BA LOC PARENT Marie. Histoire naturelle d'un syndrome d'intolérance acquise aux odeurs chimiques : à propos de l'éther diéthylique dans un service hospitalier. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2002 - n° 253.
Nous avons mené une enquête dans un Service d'explorations neurologiques exposé à l'éther contenu dans le Collodion. Après une étude toxicologique (prélèvements d'atmosphère) et clinique (questionnaires), nous avons prouvé que l'éther, dans ces conditions, ne présente pas de risque pour la santé. Malgré cela ,les plaintes sont réelles et nous avons montré, grâce à des entretiens, que pour certaines personnes les symptômes s'intègrent dans un syndrome d'intolérance acquise aux odeurs chimiques. Nous avons mis en évidence le rôle de l'organisation du travail et de la souffrance qu'elle peut engendrer dans la genèse de ce syndrome.

retour Thèses

2003

- DIMITRIEF Maria. La sarcoïdose : rôle étiopathogénique de l'empoussièrement minéral. Etude rétrospective de 41 cas observés au Centre Hospitalier Saint Joseph et Saint Luc de 1994 à 2003. Discussion. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2003 - n° 156.
Ce travail s'est attaché à étudier le rôle étiopathogénique de l'empoussièrement minéral dans la pathologie de la sarcoïdose. Pour cela nous avons étudié 41 cas de sarcoïdose prouvée histologiquement, suivis au Centre Hospitalier Saint Joseph et Saint Luc de 1994 à 2003. Nous avons repris toutes les anamnèses et nous avons soumis les patients à un questionnaire environnemental approfondi. Nous avons fait la synthèse des expositions possibles et notre discussion a porté sur une analyse comparative entre silicose et sarcoïdose.

- FRITSCH Emmanuel. Le retour à l'emploi des épileptiques opérés. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2003 - n° 149.
L'étude du devenir professionnel et l'évolution de la qualité de vie de sujets épileptiques après le traitement chirurgical de leur épilepsie partielle pharmacorésistante a concerné 64 patients. Elle confirme d'une part, la supériorité du traitement chirurgical sur le traitement médical pour cette forme d'épilepsie, et d'autre part, le lien net entre la réussite chirurgicale complète et l'amélioration de la qualité de vie. Cependant, cette étude comme la plupart des études sur le sujet ne constate ni amélioration, ni dégradation de la situation professionnelle après l'opération. L'insertion professionnelle, semble par conséquent, dépendre plus de facteurs pré-chirurgicaux que du résultat opératoire proprement dit. Cette donnée singulière s'explique par le fait que notre population est âgée au moment de l'opération et supporte la maladie depuis en moyenne plus de 20 ans. Ainsi, tout doit être mis en œuvre le plus tôt possible pour repérer et orienter les patients souffrant d'épilepsie partielle vers le traitement chirurgical, seul capable, à ce jour, d'apporter la guérison.

- LADREYT Jean-Thomas. Proposition d'un support d'aide à la décision de reconnaissance des maladies professionnelles du tableau 57 (troubles musculosquelettiques). Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2003 - n° 117.
Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont devenus ces dernières années la principale des maladies professionnelles en France (tableau n° 57) et un enjeu de santé publique. Le système de réparation des maladies professionnelles, basé sur la notion de présomption d'origine, est de part sa nature mal adapté à ces pathologies multifactorielles, et la rédaction actuelle du tableau 57 rend possible des divergences d'appréciation dans le processus de reconnaissance, du fait de l'imprécision de sa liste limitative et de la subjectivité des termes utilisés. Devant ce constat, le but de notre travail était de proposer, à partir d'une analyse bibliographique, un support d'aide à la décision de reconnaissance des maladies du tableau 57. Après quelques rappels sur les définitions, la physiopathologie et l'épidémiologie des TMS, ainsi que sur le système de réparation des maladies professionnelles en France, nous avons, à partir de la littérature récente, recensé les facteurs de risque de TMS les plus pertinents, et situé leur importance respective selon le type de pathologie. Puis nous avons analysé les différentes méthodes d'évaluation des facteurs de risque biomécaniques de TMS. A partir de ces éléments, nous avons proposé un support d'aide au diagnostic d'imputabilité professionnelle : il utilise une représentation synthétique tridimensionnelle en cube, différente selon le type de pathologie, permettant la confrontation des différentes contraintes périarticulaires. Cet outil permet ainsi de vérifier la conformité du poste de travail aux exigences du tableau.

- LOUDENOT Valérie. Syndromes parkinsoniens d'origine professionnelle. A propos d'une reconnaissance de Maladie Professionnelle. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2003 - n° 143.
La maladie de Parkinson idiopathique est d'étiologie inconnue ; les connaissances actuelles évoquent l'hypothèse d'une origine multifactorielle impliquant des facteurs génétiques et environnementaux. Elle doit être différenciée des syndromes parkinsoniens secondaires, de cause toxique, par exemple. L'intoxication chronique au manganèse ou Parkinson manganique est une des causes toxiques bien connue, reconnue en maladie professionnelle (MP n°39 du régime général) depuis 1958, mais rare de nos jours. Nous décrivons le cas d'un syndrome parkinsonien atypique, sévère chez un jeune ouvrier usinant un acier enrichi en manganèse, reconnu en MP en avril 2002 par le Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles en Bourgogne. Le diagnostic de Parkinson manganique est discuté, après étude des particularités anatomopathologiques, cliniques, radiologiques et thérapeutiques de ce syndrome. Les autres causes de syndromes parkinsoniens d'origine professionnelle sont ensuite rapportées.

- MIANNAY Alice. Le rôle du médecin du travail dans le maintien dans l'emploi - Une étude dans la région Rhône-Alpes. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2003 - n° 135.
Pour identifier la politique de maintien dans l'emploi en région Rhône-Alpes et pour proposer des améliorations centrées sur l’attente des médecins du travail de la région, nous avons interrogé des médecins du travail de la région et leur avons demandé de décrire deux cas : un cas de maintien réussi et un cas d’échec de maintien. Nous avons par ailleurs tenu compte des travaux réalisés actuellement par un bureau d'études, STRAVIA mandaté par la direction du travail et l'AGEFIPH. Les difficultés rencontrées par les médecins tenaient surtout de la plus ou moins bonne disposition de l'employeur vis à vis du salarié présentant une perte de capacité et des caractéristiques de l'entreprise, puis venaient un faible ou trop fort niveau de formation, le fait que ce soit un étranger, que le salarié atteigne la limite d'âge de 55 ans, que sa pathologie soit incompatible avec un travail manuel ou trop évolutive, qu'il présente une dépression réactionnelle. Le rôle du médecin du travail est primordial dans le maintien par la délivrance par écrit de l'avis d'aptitude et par les actions multiples liée à son rôle de conseiller auprès de l'employeur et du salarié. Pour améliorer la prise en charge du maintien, il souhaite s'appuyer sur un réseau d’acteurs réactifs et trouver une réponse adaptée aux difficultés actuelles rencontrées inhérentes au mode de fonctionnement des services de santé au travail. Une revue exhaustive des dispositifs de maintien existants se trouve en préambule.

- REVOL Audrey (BEYSSARD). Un syndrome de harcèlement moral existe-t-il ? Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2003 - n° 97.
L'expérience de la consultation du service des maladies professionnelles des hôpitaux de Lyon faite par un psychiatre, et une enquête épidémiologique sur le devenir des patients nous permettent d'affirmer qu'il existe un syndrome spécifique de harcèlement moral au travail. Son pronostic professionnel immédiat est très péjoratif, mais en revanche, chez les sujets de moins de cinquante ans, la réinsertion est le plus souvent possible.

retour Thèses

2004

- AARON (DIDON-PICHOT) Bérengère. La place de la réinsertion professionnelle dans le soin des patients toxicomanes traités par méthadone. À partir partir d'une étude de 45 cas. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2004 - n° 234.
Ce travail pose la problématique de la fonction psychologique du travail pour les toxicomanes. Dans la première partie, on décrit les différents traits des états limites, personnalité massivement représentée par les toxicomanes, on retrace ensuite les grandes lignes de l'histoire de l'organisation des soins aux toxicomanes en France avec notamment les circonstances d'autorisation de la substitution et son développement dès 1994. Dans la seconde partie, on a repris les différentes approches de psychologie du travail : psychodynamique, psychologie cognitive et psychologie sociale du travail. Grâce à ces théories on montre les fonctions complémentaires du travail pour les toxicomanes en plus des soins spécialisés et compte tenu de l'évolution actuelle de l'organisation du travail. Enfin, la dernière partie du travail présente les résultats d'un bilan socioprofessionnel d'une cohorte de 45 patients traités par la méthadone et suivis au CSST de l'hôpital E. Herriot à Lyon en juin 2004.

- BURLATON Guillaume. Les brûlures en intervention chez les sapeurs-pompiers de Paris : Etude rétrospective (1998-2002). Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2004 - n° 96.
En France, comme dans presque tous les pays, nul ne sait avec précision combien de sapeurs-pompiers (SP) se brûlent chaque année au cours des interventions. A partir d'une étude rétrospective, effectuée au niveau de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), entre le 1er janvier 1998 et le 31 décembre 2002, les caractéristiques de 121 sujets consécutifs brûlés en intervention sont rapportées et les causes sont envisagées. Au terme de cette étude il convient de retenir que si les incendies ne représentent que 4,4 % du total des interventions de la BSPP, ils sont responsables de 10 % des blessures contractées en opération. L'incidence des brûlés en intervention est de 3,5 victimes par an pour 1000 SP et l'incidence des accidents par brûlures est de 12,5 accidents par an pour 10 000 incendies. En moyenne, il existe 3,7 localisations de brûlure par victime et, si les brûlures de la partie supérieure du corps sont 2,5 fois plus fréquentes que les brûlures de la partie inférieure, il n'existe pas de différence significative entre le nombre de brûlures de l'hémicorps droit et celui de l'hémicorps gauche : 37 % des sujets présentent une brûlure de la face, 29 % présentent une brûlure au niveau du cou, 48 % présentent des brûlures au niveau des parties couvertes par la veste de protection contre le feu, 29 % présentent des brûlures au niveau des membres inférieurs et 20 % présentent des brûlures au niveau des mains. Les décès au cours des interventions pour incendie, au nombre de 5 au cours d'un même accident sur la période d'étude, ne sont pas consécutifs aux seules brûlures mais également et surtout aux conditions de développement des feux (roll-over, flash-over, backdraft) et à leurs conséquences sur l'environnement (effondrement de murs, plafonds ou planchers).
Parmi les causes de brûlures il faut souligner les carences de l'équipement de protection individuelle, la diminution de la pratique professionnelle de lutte contre l'incendie au profit du secours aux victimes et le rôle possible d'une baisse de vigilance induite par le travail continu, le stress et le manque de sommeil. La réinsertion socio-professionnelle du sapeur-pompier brûlé s'inscrit dans le cadre d'une prise en charge globale multidisciplinaire et s'intègre dans un réseau de soins spécifiquement mis en place.

- GIRTANNER épouse BRUNEL Laurence. Aide à la décision pour la reconnaissance des maladies professionnelles du tableau 57. Proposition d'une grille médicale et technique. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2004 - n° 73.
Source d'imprécision au niveau de la liste limitative et de subjectivité quant aux termes utilisés, le tableau 57 peut engendrer des inégalités de traitement selon les régions et les instances décisionnelles. Le problème est d'autant plus préoccupant que les troubles musculosquelettiques sont en constante augmentation et représentent en 2003 la première des maladies professionnelles. Ainsi le but de ce travail est de construire puis de valider une grille médicale et technique d'aide à la décision pour la reconnaissance des pathologies du tableau 57 qui pourraient ensuite être diffusées dans l'ensemble des CCPP afin de réduire les disparités d'appréciation d'une région à l'autre. Après quelques rappels sur la définition et sur l'épidémiologie des TMS, les auteurs rapportent les différentes étapes d'élaboration de leur outil, de la conception à la validation avec les observations de l'expérience lyonnaise. La grille médicale précise les critères diagnostiques exigibles. La grille technique, fondée sur l'évaluation de quatre facteurs cardinaux modulés par des facteurs adjuvants, permet de déterminer la nocivité du poste de travail conformément aux exigences du tableau 57.

- MAGNIEN Arnaud. La pathologie professionnelle du percussionniste. Revue bibliographique et étude sur la survenue de troubles musculo-squelettiques. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2004 - n°  .
La première partie aborde les pathologies fréquemment rencontrées dans la pratique professionnelle de la percussion, en tentant d'exposer une attitude pratique cohérente ainsi que les moyens de prévention à mettre en œuvre. La deuxième partie consiste en une étude sur la survenue de troubles musculo-squelettiques chez ces professionnels. La lombalgie se révèle fréquente, accompagnées de ses facteurs favorisants.

- PHILIPPON Claire. Syndrome d'épuisement professionnel (burn-out) : étude descriptive et recherche de facteurs associés chez 189 médecins généralistes rhône-alpins. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2004 - n° 147.
Une étude descriptive et analytique du syndrome d'épuisement professionnel (burn- out) auprès de médecins généralistes rhône-alpins a été réalisée en juin 2003 à l'aide du Maslach Burn-out Inventory.
Parmi les médecins répondants, un quart présentent un épuisement émotionnel élevé, presque un quart entretiennent des attitudes négatives envers leurs patients et un tiers présentent une baisse d'accomplissement personnel importante. Il n'y a pas de différence entre les médecins maîtres de stage et ceux qui ne le sont pas. Seule l'analyse uni variée retrouve des variables significativement associées. Il s'agit de facteurs d'ordre démographique et organisationnel. Ainsi, il semble que s'il est possible de diminuer cet épuisement en améliorant l'organisation et la quantité de la charge de travail, c'est l'amélioration du contenu qualitatif de celle-ci qui doit être privilégiée (augmentation des échanges constructifs confraternels, groupes de pairs, amélioration de la relation médecin patients, groupes Balint, formations).

- SULMON (MERIAUX) Claire. Tunnelier et accidents de décompression. A propos de 33 observations chez les tubistes du chantier du tunnel de Caluire (Rhône). Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2004 - n° 210.
Parmi les tubistes travaillant à la construction du boulevard périphérique nord de Lyon, en l'occurrence lors du chantier de creusement du tube nord du tunnel de Caluire entre octobre 1995 et octobre 1996, 25 intervenants ont été victimes de 33 accidents de décompression. En effet, la géologie complexe du sous-sol a nécessité de nombreuses interventions hyperbares dans la chambre d'attaque du tunnelier afin de procéder à des réparations rendues nécessaires par l'usure de la roue de coupe. Ce constat a amené à rechercher des facteurs de risques favorisants ces accidents bullaires lors des travaux en air comprimé. Il semble que les pressions d'interventions élevées, la durée, la répétition des travaux hyperbares, le non-respect de certaines consignes de sécurité dans les suites des interventions et surtout la sollicitation importante et répétitive de certaines articulations ont été responsables de ce nombre élevé d'accidents. Nous n'avons pas mis en évidence de facteurs de risques individuels. Les tables de décompression à l'air n'ont probablement pas été adaptées à ces travaux physiquement lourds en atmosphère hyperbare.

retour Thèses

2005

- BERGMAN Cyril. Les travaux sur cordes, un métier à part dans le BTP. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2005 - n° 1.
Activité récente du BTP, les travaux sur cordes désignent l'utilisation de techniques empruntées à l'alpinisme et à la spéléologie pour atteindre et se maintenir au poste de travail.
Ce métier semble dangereux au premier abord, et en l'absence de données statistiques permettant une évaluation, nous avons étudié la législation, les techniques de cordes et les équipements de protection individuelle, la formation, les conditions de travail et la pénibilité du travail. Cette étude permet de scindées les travaux sur cordes en deux sous-groupes que sont la pratique des travaux sur cordes en bâtiment ou en travaux publics. En travaux publics, le travail sur cordes semble plus pénible, selon les mesures de cardiofréquencemétrie et les observations effectuées, et plus dangereux, notamment du fait de la non-utilisation fréquente de la seconde corde, dite corde de sécurité, ou du travail isolé. Le nombre d'accidents faisant suite à une erreur technique lors du maniement des cordes plaide en faveur d'une formation initiale obligatoire. Par ailleurs, l'utilisation d'un code ROME pour ce métier permettrait de réaliser une étude statistique permettant de comparer l'accidentologie de cette activité à celle des autres activités du BTP. Au total, il est important de renforcer l'application de la législation, a fin de limiter le nombre d'accidents.

- ESTRABAUD Carole. L'évaluation du risque chimique dans les PME-PMI : à propos d'une entreprise de peinture. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2005 - n° 166.
L'évaluation du risque chimique est une obligation légale de l'employeur. Nous avons étudié et comparé cinq méthodes simples d'évaluation du risque chimique, qui n'utilisent pas de métrologie, puis fait une évaluation dans une entreprise de peinture avec un logiciel qui applique la méthode HRP de l'INRS. Nous avons constaté des difficultés pratiques : l'inventaire, le recueil des fiches de données de sécurité, la constitution des groupes homogènes d'exposition sont des étapes laborieuses. Nous trouvons que l'intérêt de ce travail ne se résume pas à la satisfaction d'une obligation réglementaire : nous avons fait le bilan complet des préparations dangereuses utilisées, mis en évidence un risque sous-estimé, proposé de substitution de produits et préparé des fiches simplifiées pour les salariés. Le risque chimique global dans l'entreprise est faible ; cette appréciation repose sur les résultats d'une démarche cohérente et validée. Le logiciel utilisé s'est révélé un outil adapté.

- LARAQUI HOSSINI Chakib El Houssine. La médecine du travail au Maroc à la croisée des chemins et son évolution vers la santé des travailleurs ou Du droit de la santé des travailleurs au droit de la santé des travailleurs marocains : contraintes et perspectives. Thèse de Doctorat de l'université Lyon 3 - Jean Moulin, Ecole doctorale de droit.
Avec l'appui des collectivités locales, d'organismes spécialisés divers et des organisations internationales (coopérations sanitaires internationales), l'Etat (ministères de la santé et de l'emploi) joue le rôle principal dans la définition et la direction de la politique de santé au travail. Les services de santé au travail font l'objet d'un encadrement législatif et réglementaire et d'un contrôle notamment par l'inspection du travail. Cependant, s'il est un domaine en matière de législation où il existe un grand hiatus entre la prolifération des textes et recommandations et la réalité sur le terrain, c'est bien dans le secteur de la santé au travail dans les pays en voie de développement. Cette thèse se propose d'analyser cette problématique aussi bien dans ses aspects institutionnels, organisationneis et fonctionnels que réglementaires et humains. Le rapport entre les salariés et les services médicaux du travail s'appuie sur les principes juridiques relevant d'une relation contractuelle dont la portée apparaît dans le régime de la réparation des dommages causés aux salariés. Cette dernière relève, hormis quelques cas réglés par la loi, du principe de la responsabilité fondé sur la faute. Les principes généraux du droit de la délivrance des soins reposent sur deux règles fondamentales : la liberté (consentement et libre choix du patient) et la dignité (information du travailleur, indisponibilité de la personne et secret professionnel du personnel de santé). Ainsi, le droit de la santé des travailleurs peut être considéré comme l'ensemble des règles applicables aux activités dont l'objet est de restaurer la santé humaine, de la protéger et d'en prévenir les dégradations (92). Plusieurs recommandations et conventions internationales, lois nationales e: jurisprudences caractérisent et délimitent le droit de la santé. L'un de ses principaux caractères est d'emprunter tantôt au droit privé tantôt au droit public. La politique de santé des travailleurs devrait s'imposer en tant qu'une politique économique et sociale indispensable et complémentaire à la politique nationale de santé publique et de santé environnementale.

- NOURRY Delphine. Les maladies professionnelles reconnues au sein du personnel des Hospices Civils de Lyon : étude rétrospective de 1967 à 2004. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2005 - n° 194.
Une étude rétrospective évaluant l'évolution des pathologies professionnelles reconnues au sein du personnel non médical des Hospices Civils de Lyon (H.C.L.) de 1967 à 2004 a été réalisée. Les résultats ont ensuite été comparés aux données retrouvées dans la littérature. Mille cent dix-sept cas de maladies professionnelles ont été reconnus. Les infirmières et les aides-soignantes sont les personnels les plus touchés (ce qui est proportionnel à leur représentativité dans l'effectif total). Les pathologies infectieuses prédominent (63,1 % des cas) avec surtout des hépatites virales. Les autres pathologies infectieuses sont par ordre décroissant la gale, la tuberculose et les kératoconjonctivites infectieuses. Les pathologies allergiques, deuxième groupe de maladies, sont essentiellement dues au latex. Ces dernières années, les problèmes allergiques ont diminué contrairement aux affections ostéo-articulaires. Les affections périarticulaires (10,2 % des pathologies) touchent surtout les ouvriers et les affections lombaires avec hernie discale (4,4 % des pathologies) les aides-soignantes. Notre étude a montré que des moyens de prévention efficace ont abouti à la diminution de certaines pathologies (vaccination contre l'hépatite B ; introduction des gants en latex non poudrés). Les affections ostéo-articulaires sont les pathologies actuellement préoccupantes.

retour Thèses

2006

- CHARBOTEL Barbara épouse COING-BOYAT. Etude cas-témoins sur les relations entre une exposition professionnelle au trichloroéthylène et le cancer du rein. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° .
Une étude cas-témoins a été réalisée dans une zone géographique associée à une forte prévalence de l'exposition au trichloroéthylène (TRI) et à des niveaux d'exposition importants. L'objectif était de tester l'effet de ce type d'exposition sur le risque de cancer du rein. Une matrice tâche-exposition a été développée pour relier les principales circonstances de travail rencontrées dans l'industrie du décolletage à des niveaux d'exposition au TRI. Au total, 86 cas et 316 témoins appariés sur l'âge et le sexe ont décrit les différents emplois occupés au cours de leur carrière professionnelle ainsi que les circonstances de ces emplois, grâce à un questionnaire détaillé permettant d'attribuer des niveaux d'exposition correspondant donnés par la matrice. Trois approches principales ont été développées pour évaluer le lien entre une exposition au TRI et le cancer du rein : une exposition durant au moins une année quel que soit le niveau d'exposition, la prise en compte d'une dose cumulative et l'effet d'une exposition à des pics. Après prise en compte du tabagisme et de l'Indice de Masse Corporel, une augmentation significative du risque de cancer du rein a été identifiée pour les fortes doses cumulées de TRI : OR = 2,16 [1,02 ; 4,60]. Une relation dose-réponse a été mise en évidence de même qu'un effet 'exposition à des pics'. Cette étude suggère l'existence d'une association entre l'exposition à de fortes doses de TRI et l'augmentation du risque de cancer du rein.

- DEPAU Charlotte épouse ROLLIN. La réparation du psychotraumatisme chez les victimes d'accident du travail. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° 175.
Les situations que recouvrent le terme et la définition légale " accident du travail " sont très hétérogènes dans leurs circonstances de survenue, leurs causes et leurs conséquences. Certains de ces accidents ont en commun le risque d'un danger vital, l'atteinte ou la menace de l'atteinte de l'intégrité physique et psychique de l'individu et peuvent par cette menace être responsable de traumatisme psychique. Le psychotraumatisme est responsable d'une rupture de la trajectoire existentielle de l'individu qui est renvoyé au non sens et à la perte : perte de l'illusion d'immortalité mais aussi perte du sentiment d'appartenance communautaire et professionnelle. Dans ce travail de thèse, nous abordons les conséquences psychotraumatiques de l'accident du travail et les aspects sociaux et médicaux de sa réparation en nous appuyant sur une revue de la littérature actuelle et sur l'observation clinique d'un certain nombre de patients. L'évolution de la société est marquée par un changement de la considération des victimes et du système d'indemnisation. Nous développons dans ce travail l'importance d'une réparation sociale mais aussi les difficultés d'application de la législation au psychotraumatisme, ses paradoxes et ses limites ainsi que le risque d'évolution vers une victimisation secondaire. La réparation psychique du sujet, notamment dans le cadre d'une relation thérapeutique, par l'élaboration de la perte matérielle mais surtout symbolique provoquée par l'expérience traumatique, apparaît alors comme essentielle pour éviter que le sujet victime ne s'épuise dans la quête d'une réparation sans fin, impossible à combler.

- GALLEZOT-GIRARDEAU Dorothée. Le médecin généraliste face aux patients souffrant de stress professionnel. Étude de 101 consultations pratiquées par 52 médecins généralistes du département du Rhône. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° .
Le stress professionnel est devenu depuis une dizaine d'années un problème mondial de santé publique. Le médecin généraliste est ainsi amené à prendre en charge des patients souffrant de cette pathologie. Nous avons mené une étude randomisée auprès de médecins généralistes du département du Rhône. A l'aide de questionnaires que nous avons élaborés, nous avons tenté de décrire des consultations de stress au travail en cabinet de médecine générale.
52 médecins sur les 500 sollicités ont répondu, cela nous permettant de décrire 101 consultations. L'échantillon de patients que nous avons décrit nous a semblé comparable aux données de la littérature en ce qui concerne le sexe, l'âge et la catégorie socioprofessionnelle des patients consultant pour des problèmes de stress professionnel. Les motifs de consultations sont en premier lieu des plaintes d'ordre psychologique. Les patients se plaignent avant tout d'angoisse, d'insomnie et d'asthénie. Ils invoquent fréquemment les problèmes de relation avec leur hiérarchie comme cause de leur stress. Pour 87% des patients, le médecin généraliste est le premier recours. Seuls 13% des patients ont préalablement consulté le médecin du travail. La prescription médicamenteuse a été utilisée pour 83% des patients et l'arrêt de travail pour 61%. Le médecin généraliste sollicite peu l'aide d'autres professionnels, en particulier celle du médecin du travail (13%). Il assure seul, la plupart du temps la prise en charge des patients mais aussi parfois le dépistage du stress professionnel.

- GUILLEMOT Véronique. La semaine de réflexion et de prévention sur les accidents d'exposition au sang en 2005 à l'Hôpital Édouard Herriot de Lyon. Thèse d'exercice de médecine : Université Paris 7 - Denis Diderot, 2006 - n° .
Un Accident d'Exposition au Sang (AES) se définit comme un accident, survenant en contact avec le sang ou un liquide biologique contaminé par du sang, comportant une effraction cutanée ou une projection sur une muqueuse ou une peau lésée. Leur prévention au sein des établissements de santé est régie par une réglementation bien codifiée qui définit les précautions générales d'hygiène et la conduite à tenir en cas d'AES. À l'hôpital Édouard Herriot de Lyon, le Comité de Pilotage organise annuellement une semaine d'information sur la Prévention des Risques d'Exposition au Sang, au cours de laquelle un questionnaire individuel et anonyme est rempli par les participants qui sont interrogés sur leur identité, leur catégorie professionnelle, leurs pratiques professionnelles, et sur leur approche face aux AES. Cette étude a permis de confirmer l'utilité d'une formation continue des personnels hospitaliers face au risque d'exposition au sang et notamment la nécessité de sensibiliser les agents dont l'ancienneté professionnelle ou dans le service est inférieure à 2 ans et certaines catégories professionnelles comme le personnel médical. Elle corrobore le fait que le personnel paramédical, et particulièrement les infirmières et les aides-soignantes, est parmi le plus exposé au risque d'AES. Il est celui dont émane le plus grand nombre de déclarations, mais est également le plus mobilisé dans les actions de prévention. Les précautions standard sont diversement appliquées, notamment, le port des gants qui est variable en fonction du geste ; les modalités d'utilisation du conteneur sont trop peu connues et le recapuchonnage existe toujours. La déclaration des AES aux autorités sanitaires n'est pas encore systématique et dépend du type d'accident et de facteurs individuels non négligeables.

- LEYDIER-CROIDIEU Sophie. Conditions de travail dans les centres d'appels téléphoniques et retentissement sur la santé des salariés. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° 138.
La multiplication rapide des centres d'appels téléphoniques a engendré de nouvelles contraintes ayant un retentissement potentiel sur la santé des salariés. L'objectif de notre étude transversale est de décrire les conditions et le vécu du travail des salariés des centres d'appels, d'en évaluer le retentissement sur leur état de santé, et d'identifier des situations professionnelles à risque. Plus de 2000 téléopérateurs ont été inclus par 47 médecins du travail. Le recueil des données est fait par auto-questionnaire sur un an. La population est jeune, majoritairement féminine, assez qualifiée. Les aspects techniques du poste, la formation initiale, l'ambiance générale de travail sont satisfaisants pour trois employés sur quatre. L'existence de contrôles est presque systématique. Le questionnaire de Karasek met en évidence un manque de latitude décisionnelle pour 86% des téléopérateurs, une demande psychologique élevée pour 65% d'entre eux et un soutien social faible pour 44% (médianes de l'enquête SUMER). Si les téléopérateurs expriment parfois une souffrance physique (troubles musculosquelettiques, fatigue auditive ou visuelle), ils sont nombreux à exprimer une souffrance psychique. Trente-six pour cent des sujets de notre étude présentent un niveau modéré à élevé de détresse psychologique ((score GHQ > 3). Ces résultats sont comparables à ceux trouvés préalablement dans d'autres centres d'appels. L'analyse multivariée met en évidence différents facteurs favorisant la survenue de souffrance mentale : le sexe féminin, le fait d'imposer le temps de travail et la durée des appels, le fait de ne pas avoir choisi de travailler en centre d'appels, les entreprises de taille moyenne (50 à 199 personnes), l'existence de contrôles avec avertissement pour au moins pour l'un des types de contrôles. La restitution de ces résultats auprès des chefs d'entreprises et des CHSCT permettra d'insister sur les points particulièrement pourvoyeurs de souffrance mentale.

- MASSARDIER-PILONCHERY Amélie. Etude des troubles musculosquelettiques dans une blanchisserie hospitalière. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° 145.
Une enquête a été réalisée dans une blanchisserie hospitalière afin de suivre la fréquence des troubles musculosquelettiques des agents de sexe féminin 5 ans après une première étude. Cette enquête a été réalisée dans les mêmes conditions que précédemment et étendue à l'ensemble des agents de la blanchisserie, hommes et femmes. Cette approche a permis d'analyser la fréquence des troubles au niveau des membres supérieurs, inférieurs et du rachis, la perception des conditions de travail, ainsi que leur évolution à 5 ans pour la population féminine. La corrélation entre la perception du travail et la fréquence des plaintes a également été étudiée. La population étudiée était en moyenne moins âgée en 2004 : 39,1 ans (±10,2) contre 41,3 ans (±10,5). Le nombre de plaintes au cours des 12 derniers mois était moindre en 2004 (3,5 sites anatomiques contre 4,1). La fréquence des troubles au cours des 12 derniers mois était en baisse au niveau de tous les sites anatomiques étudiés sauf pour les coudes (non significatif). Seule la diminution concernant les épaules était significative : 77 % des agents en 1999 et contre 58 % en 2004 (p=0.01). La perception du travail s'était améliorée de façon globale. La relation significative entre la perception d'un travail stressant et les atteintes du coude n'était pas retrouvée en 2004, mais un lien significatif était mis en évidence avec les atteintes du rachis cervical. Par contre une relation significative était retrouvée entre les atteintes du coude et la cadence de travail, les atteintes des poignets et des mains et la répétitivité des gestes. Malgré une diminution globale, la fréquence des troubles musculosquelettiques dans cette population restait à un taux élevé par rapport à d'autres populations. Ce type d'étude pourrait être pérennisé afin de permettre un suivi de l'état de santé des salariés de la blanchisserie et de mesurer l'efficacité des améliorations des conditions de travail engagées.

- ROMESTAING-CONFAVREUX Claire. Faisabilité d'une étude épidémiologique analysant le lien entre exposition professionnelle au trichloroéthvlène et incidence du cancer du col utérin. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° .
Notre travail étudie le lien potentiel entre l'incidence du cancer du col utérin et l'exposition professionnelle au trichloroéthylène. Le trichloroéthylène est un solvant chloré utilisé dans l'industrie du décolletage, fortement représentée dans la Vallée de 1'Arve, en Haute Savoie. Nous avons réalisé une étude rétrospective chez 777 salariées à partir des données médico-professionnelles collectées en service interentreprises par l'un de nos confrères de la région de Cluses. Une augmentation de l'incidence des conisations parmi les femmes ayant été exposées au trichloroéthylène a été observée (odd ratio 4,55 [1,88-11]). Après réévaluation de leur exposition par un hygiéniste industriel indépendant, l'augmentation de risque persiste, mais n'est plus significative avec un odd ratio de 1,84 [0,71-4,75]. Après ajustement sur les variables d'ordre socio-économique, ce risque persiste. Toutefois, le statut de l'infection génitale à Human Papilloma Virus (HPV) chez les femmes ayant subi une conisation n'était pas disponible. Dans un deuxième temps, nous débattons de l'intérêt, des modalités et de la faisabilité de réaliser une enquête épidémiologique à grande échelle sur ce sujet. Comme dans notre étude préliminaire, plusieurs articles de la littérature rapportent une augmentation du risque de cancer du col lors d'une exposition professionnelle au trichloroéthyIène. Mais la plupart ne précisent pas le statut HPV des femmes. C'est pourquoi, il nous semble utile de mener une étude sur ce sujet, avec une approche multidisciplinaire associant gynécologues et médecins du travail. Une étude cas-témoins ou une étude de cohorte transversale nous paraissent envisageables. De préférence, nous préconisons une étude cas-témoins qui permettrait d'effectuer des prélèvements spécifiques chez toutes les femmes incluses afin de déterminer leur statut concernant le virus HPV (technique d'Hybrid Capture 2®). Nous considérons en effet que ce facteur de risque de cancer du col ne peut être omis. Les sujets (cas et témoins) seraient inclus par les gynécologues de la région de Cluses. Les facteurs de risque professionnels seraient recherchés par questionnaire. Enfin, l'évaluation de l'exposition (durée, délai, niveau) serait réalisée ultérieurement par un hygiéniste industriel.

- SIMON Frédéric. Cancer du poumon et évaluation de l'exposition à l'amiante. A propos de 26 cas avec forte suspicion d'exposition à l'amiante sur 105 patients hospitalisés dans le service de pneumologie du Centre Hospitalier Saint Joseph et Saint Luc de Janvier 2005 à Février 2006. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° .
Il persiste une importante sous-reconnaissance des cancers broncho-pulmonaires liés à une exposition à l'amiante. Nous étudions les cas de 26 patients suspectés de présenter un cancer broncho-pulmonaires lié à une telle exposition et les causes d'une éventuelle sous reconnaissance. L'évaluation du suivi de ces déclarations a été étudiée par un interrogatoire rétrospectif systématique auprès du malade ou de sa famille au minimum après un recul de quatre mois pour une médiane de 8 mois et demi. Neuf patients ont bénéficié de recherche de corps asbestosiques avec des résultats positifs dans 3 cas et à la limite de la positivité dans 3 autres cas. Seuls 4 patients sur les 19 patients déclarés ayant répondu ont reçu une proposition d'indemnisation au moment de l'étude. Le questionnaire de repérage des expositions est une étape du processus d'annonce. Une simplification des démarches administratives paraît nécessaire. La recherche de corps asbestosiques chez ces patients est un élément contributif à la déclaration.

- TOMEZZOLI Aurélie. Plaintes concernant l'appareil locomoteur, chez les étudiants accordéonistes des conservatoires français : prévalence, incidence et facteurs de risque. Étude par auto-questionnaire. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2006 - n° 76.
Pour quantifier les plaintes concernant l'appareil locomoteur chez les accordéonistes et en connaître les facteurs de risque, nous avons réalisé, en avril 2004, une enquête par auto-questionnaire auprès des 985 élèves apprenant l'accordéon chromatique dans les conservatoires français. Le questionnaire était adapté de ceux proposés par I'[INRS ou utilisés chez les musiciens pour étudier les troubles musculosquelettiques, et enrichi de questions spécifiques à l'instrument. Une classification des plaintes selon leur retentissement " global " était élaborée.
47,3 % des élèves ont répondu. 53,2 % des répondants avaient au moins une plainte potentiellement liée à la pratique instrumentale au moment de l'enquête et 26,2 % au moins une nouvelle plainte depuis le 1er septembre 2003. La prévalence des plaintes ayant un retentissement important était de 15,0 %, leur incidence de 9,4 %. Les facteurs de risque étaient différents selon le niveau de retentissement des plaintes. Pour les plaintes ayant un retentissement important, les 27 facteurs de risque dégagés étaient liés entre eux, faisant souhaiter la réalisation d'une analyse multivariée.

retour Thèses

2007

- ESCATHA Alexie. Surveillance épidémiologique des troubles musculo-squelettiques (TMS). Quelles données et quels outils pour des résultats simples, utilisables et fiables ? Thèse de Doctorat : Université Paris XI, 2007 - n° .
Les pathologies d'hypersollicitation du membre supérieur, de par leur fréquence, sont devenues un problème de santé majeur tant en Santé au travail qu'en Santé publique. Une des composantes de la prévention de ces pathologies est basée sur l'organisation de systèmes de surveillance. Les systèmes de surveillance épidémiologique des pathologies d'hypersollicitation du membre supérieur permettent d'obtenir des données sur les pathologies étudiées ("indicateurs d'effets") et leurs facteurs de risque ("indicateurs de cause"), notamment à l'échelle de l'entreprise. A cette échelle, les questionnaires de type "Nordique" semblent des outils valides pour la surveillance. Ils permettent également l'identification de travailleurs à risque (symptomatiques sans examen clinique positifs. Le repérage des facteurs de risque peut utiliser des questionnaires sur les contraintes mécaniques. Un certain nombre de questions sont alors nécessaires (portant sur la force, la répétitivité, les postures, le port de charges, les contraintes distales, le travail sur écran et la possibilité de pause) pour l'évaluation complète de ces contraintes. Des études ultérieures sont nécessaires notamment pour étudier la faisabilité et les stratégies de dépistage en santé au travail, ainsi que les questions de recherches soulevées par la thèse.

- EUSTACHE-ROOLS Carole. Démarche d'évaluation et de prévention du risque chimique dans une entreprise de plomberie : comparaison de deux outils informatiques d'aide à l'évaluation du risque chimique. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2007 - n° 180.
Le risque chimique est un risque ubiquitaire quantitativement très important mais malheureusement encore sous-estimé et sous-évalué. Il concerne particulièrement les ouvriers et notamment ceux du Bâtiment et Travaux Publics chez qui l'exposition est en nette augmentation depuis quelques années. L'évaluation spécifique de ce risque au sein de l'évaluation des risques professionnels est une obligation réglementaire pour les employeurs en particulier depuis la parution du Décret 2003-1254-1 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique. De nombreux outils ont été mis en place pour les y aider. Nous avons fait une comparaison de deux de ces outils utilisés dans une entreprise de plomberie d'une cinquantaine de salariés, utilisant une trentaine de produits chimiques dangereux. Le logiciel Evaris T, permet une hiérarchisation des risques selon la méthode de l'INRS qui tient compte des caractéristiques des produits contenues dans la Fiche de Données de Sécurité, des quantités utilisées et des fréquences d'utilisation. Il donne une évaluation du risque toxique pour les salariés selon les ateliers ou poste de travail où sont utilisés les produits. Le logiciel LARA-BTP donne une classification des risques selon deux volets, inflammabilité et santé et ce pour chaque produit utilisé en fonction des données de l'étiquette, des fréquences et des conditions d'utilisation des produits et des moyens de prévention déjà employés dans l'entreprise. Ces deux outils ont permis d'obtenir une évaluation claire et validée du risque chimique au sein de cette entreprise ce qui a aboutit à la mise en place d'un plan de prévention comprenant la suppression et la substitution des produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques, la standardisation des procédures d'achat ainsi qu'un circuit d'évacuation des déchets. Les nombreuses difficultés de l'évaluation du risque chimique dans le BTP sont ici tout à fait représentatives de la nécessité de la pluridisciplinarité dans le domaine de la santé au travail.

- GRANGE-DAVAL Mélanie. Etude d'incidence de cancers dans un atelier de fabrication d'hydroquinone et de catéchol. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2007 - n° 40.
Etude d'incidence de cancers dans un atelier de fabrication d'hydroquinone et de catéchol. n' Notre travail étudie l'incidence de cancers dans un atelier de fabrication de l'industrie chimique, produisant de l'hydroquinone et du catéchol. L'inquiétude des salariés, à l'origine de cette étude, s'est développée devant une étude expérimentale montrant un excès de tumeurs du rein chez une espèce de rats après gavage avec de l'hydroquinone. Cette inquiétude s'est renforcée suite au classement de ce même produit en groupe 3 par le CIRC et catégorie 3 de la classification européenne. Le catéchol est lui classé en catégorie 2B du CIRC. Nous avons tout d'abord identifié tous les cas de cancers portés à notre connaissance, et reconstitué la population cohorte comprenant tous les salariés de l'entreprise ayant travaillé en production dans l'atelier concerné au moins 6 mois entre 1972 et 2006. Nous avons ensuite calculé les incidences des cancers dans cette population, et avons comparé les taux d'incidence à ceux de la population française générale. Notre étude ne confirme pas d'excès significatif de cancer, quel que soit le site. Nous avons cependant retrouvé 2 cas de cancer du rein observés pour 0,71 attendu et 3 cas de cancer de vessie pour 1,11 attendus, mais tous deux avec des SIR non significatifs. Il est très probable que le nombre de cas de cancers rapporté soit sous-estimé, ceci étant inhérent au mode de recueil de ces cas. Il semble envisageable de réaliser une étude d'incidence en recherchant de manière plus exhaustive tous les cas de cancers dans cette population. Il n'est pour autant pas certain que les résultats d'une telle étude permettent de conclure de manière franche à un excès ou non de cas de cancers.

- RENAUX-PASCAL Camille. Facteurs de risque professionnels des accidents de la route liés au travail. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2007 - n° 32.
L'importance des accidents de la route en mission, par leur nombre et leur gravité, appelle au renforcement des démarches préventives. L'objectif de cette étude exploratoire cas témoin est de quantifier l'importance des facteurs professionnels sur la survenue des accidents de mission. Une première étape qualitative a permis la construction du questionnaire professionnel. Une enquête téléphonique a recueilli les réponses des sujets accidentés en mission, recensés dans le registre des victimes d'accidents routiers du Rhône, entre janvier 2004 et septembre 2005. Elles ont été comparées à celles d'un groupe référent issu de la population générale. Notre population d'accidentés de la route en mission se compose majoritairement d'hommes jeunes, plutôt ouvriers (41,8 %) et peu qualifiés. n tiers d'entre eux seulement travaille dans le secteur des transports et communications. Cette étude souligne que les activités de conduite sont associées à des conditions de travail plus difficiles : horaires atypiques, plannings irréguliers, manque de matériel professionnel adapté. Les salariés travaillant dans des petites et moyennes entreprises présentent un risque accru d'accidents de mission. Après prise en compte de l'exposition au risque routier, des contraintes horaires (manque de souplesse dans l'organisation des horaires de travail, absence de deux de jours de repos consécutifs), des contraintes physiques surajoutées, une faible ancienneté, l'existence de difficultés relationnelles avec la hiérarchie et la crainte de perte d'emploi sont des facteurs associés à une augmentation du risque d'accident de mission. D'autres études épidémiologiques devront encore préciser l'impact des différents facteurs de risque identifiés dans le but d'améliorer la prévention du risque routier professionnel.

- ZIMMERMANN Erick. Pathologies de l'amiante - Une étude de 537 dossiers soumis à la commission d'examen des circonstances de l'exposition à l'amiante (CECEA) du FIVA. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2007 - n° 7.
Après avoir rappelé les pathologies liées à une exposition à l'amiante et repris la littérature récente consacrée aux maladies dont le lien avec l'amiante fait l'objet de controverses (cancers du colon, ovaire, rein... ), nous nous sommes intéressés aux différents types d'exposition possibles à l'amiante : professionnelle, environnementale, domestique et familiale. La seconde partie reprend l'organisation, le rôle et le fonctionnement du FIVA (Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante) au travers de ses différents rapports d'activité, en insistant sur la mission spécifique de la CECEA (Commission des circonstances de l'exposition à l'amiante) dans la détermination du lien entre maladie et amiante. Enfin, la dernière partie concerne l'étude de 537 dossiers examinés par cette Commission pendant 2 ans, qui a permis d'analyser différentes expositions et professions à risque et d'évaluer l'homogénéité des décisions rendues.

retour Thèses

2008

- CONTAL Emmanuelle. Vaccination antigrippale du personnel soignant : Étude au sein du Groupement Hospitalier de Gériatrie des Hospices Civils de Lyon. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2008 - n° 37.
Le but de cette étude a été d'évaluer le statut vaccinal contre la grippe chez le personnel soignant en gériatrie des Hospices Civils de Lyon et les raisons expliquant leur attitude vis-à-vis de cette vaccination afin de comprendre comment il serait possible d'améliorer la couverture vaccinale.
L'enquête, réalisée à partir de questionnaires anonymes, a été diffusé manuellement à une partie du personnel soignant du Groupement Hospitalier de Gériatrie (GHG).
Cinq cent quatre-vingt-dix-huit questionnaires ont été analysés (39,5 % du personnel du GHG). Le taux de soignants se vaccinant chaque année en était 22,4 % alors que 51 % ne se vaccinaient jamais. La couverture vaccinale était plus faible chez les individus les plus jeunes et chez le personnel paramédical. Les arguments les plus fréquents en faveur de la vaccination étaient le désir de protéger sa propre santé, celle des patients et celle de sa famille. Parmi les arguments contre la vaccination, on retrouvait la peur des effets secondaires, le recours à d'autres moyens de protection tels que l'homéopathie, le sentiment que le vaccin contre la grippe n'a pas d'intérêt ou n'est pas efficace. L'oubli et les problèmes d'organisation étaient également fréquemment évoqués. Parmi les 72 % de personnes estimant être suffisamment informée, 49 % ne se vaccinaient jamais. Ce sont les personnes les plus jeunes, le personnel paramédical et les étudiants qui paraissent les moins informées.
Il pourrait être intéressant de renforcer les campagnes d'information et de les adapter en fonction des catégories socioprofessionnelles.

- GUINCHARD Pauline. Devenir médical et socioprofessionnel des patients reçus pour souffrance mentale au travail de 2004 à 2006 à la consultation de pathologies professionnelles de Lyon. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2008 - n° 180.
La souffrance mentale au travail est une pathologie émergente. Notre travail s'est intéressé aux 189 patients adressés pour ce problème à la consultation de pathologie professionnelle de Lyon entre 2004 et 2006. Notre étude a consisté à décrire cette population et à connaître son devenir médical et socioprofessionnel au moyen d'une enquête postale. Nos résultats montrent qu'il y a une prédominance de femmes et de sujets entre 40 et 50 ans. Il apparaît une sous représentation des ouvriers. Ce phénomène se rencontre à la fois dans les structures privées, publiques et associatives qui sont fortement représentées. Tous les secteurs d'activités semblent touchés, mais avec une nette prédominance dans la santé et l'action sociale. Les conséquences médicales et socioprofessionnelles sont lourdes. Il y a une proportion très importante de sujets qui ont bénéficié d'arrêts maladies, ainsi que d'une prise en charge médicamenteuse et psychiatrique ou psychologique. Seulement un peu plus du tiers des salariés sont maintenus dans l'entreprise, la plupart des départs sont dus à un licenciement, dont les 2/3 pour inaptitude médicale. Compte tenu des limites de notre étude, nous n'avons pas mis en évidence des facteurs influençant l'évolution médicale ou professionnelle des patients. La mise en place d'une étude à plus grande échelle avec l'utilisation d'instruments permettant une quantification objective de la souffrance mentale et de son évolution pourrait nous permettre d'apporter des éléments de réponse. Devant l'ampleur du phénomène et face aux difficultés de prise en charge individuelle, il semble nécessaire de développer une prévention primaire collective axée sur les facteurs organisationnels.

- LOBIES Philippe. Étude des phénomènes de rupture professionnelle au sein d'une population de 100 salariés adressés à la consultation de souffrance au travail dans le service des maladies professionnelles du centre hospitalier Lyon Sud. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2008 - n° 175.
Nous avons étudié une population de 100 salariés reçus à la consultation de souffrance et travail du service de maladies professionnelles du centre hospitalier de Lyon Sud sur la période 2005-2007. Les données ont été obtenues à partir des dossiers médicaux et des notes de synthèse établies à la suite d'un travail d'analyse fait en commun avec le patient pendant les consultations. Pour permettre une analyse statistique descriptive et typologique des phénomènes de rupture professionnelle, nous avons caractérisé les situations étudiées à l'aide des contraintes psycho-organisationnelles pointées par les modèles du stress décrits dans la littérature internationale. La population étudiée est composée en majorité de femmes (62 %) ; l'âge médian est de 45 ans. Les secteurs d'activité des salariés sont principalement ceux de la Santé et l'action sociale, l'industrie, l'immobilier, la location et les services aux entreprises ainsi que le Commerce. Les catégories socioprofessionnelles les plus représentées sont les professions intermédiaires, les employés, les cadres et les professions intellectuelles supérieures. Il y a peu d'ouvriers. La médiane d'ancienneté professionnelle est de 22 ans dont 7 ans dans le dernier poste. L'analyse typologique fait ressortir quatre groupes distincts de salariés au regard des phénomènes de rupture professionnelle. Le premier groupe, composé de 49 individus correspond aux situations où la rupture est liée principalement à un conflit à connotation personnelle avec la hiérarchie. Le deuxième groupe est composé de 19 personnes engagées dans un conflit de valeur avec le collectif dans un contexte de travail dégradé. Le troisième groupe formé de 16 individus correspond aux situations de surcharge de travail et de forte demande psychologique. Enfin, le quatrième groupe concerne des salariés ayant un rapport de proximité ou un lien particulier avec l'employeur favorisant l'intrusion du travail dans la vie privée et l'expression de la violence verbale ou physique.

retour Thèses

2009

- CHAPUIS Céline. Allergie à la Diphenylguanidine : 8 nouveaux cas et revue de la littérature. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2009 - n° .
L'urticaire et l'eczéma de contact représentent 20% des réactions liées aux gants médicaux. Nous évoquerons tout d'abord l'établissement du diagnostic, qui repose sur un faisceau d'arguments issus de l'examen clinique, de l'anamnèse, de l'enquête professionnelle, et des tests allergologiques. Nous détaillerons ensuite les différents allergènes des caoutchoucs ainsi que les polymères thermoplastiques qui constituent certains gants médicaux. La Diphenylguanidine (DPG) est utilisée comme additif de fabrication dans certains gants, plus particulièrement en caoutchouc synthétique. Nous rapportons ici 8 observations d'eczéma de contact à cette molécule concernant des professionnels de santé venus consulter en Dermatologie Professionnelle à l'Hôpital Edouard Herriot entre 2007 et 2009. Ils portaient au travail des gants sans latex, en polyisoprène, contenant la DPG. Cette allergie à la DPG a entraîné l'établissement d'un Certificat Médical Initial pour une déclaration en Maladie Professionnelle dans la plupart des cas. Le traitement d'un eczéma de contact repose avant tout sur l'éviction de l'allergène responsable. Nous évoquerons la principale difficulté dans la substitution des gants responsables de l'eczéma par des gants ne contenant pas l'allergène : le manque de données disponibles sur les additifs des gants médicaux. Dans le doute, des gants médicaux ne contenant aucun additif de fabrication sont prescrits, tout en veillant à ce que leur matériau de constitution soit adapté à l'activité professionnelle. Des recommandations ont été diffusées dans les milieux de soins, visant à substituer les gants en latex par des gants sans latex, dans le but de diminuer le risque d'urticaire de contact. Si les Thiurames sont les additifs des gants entraînant le plus d'eczémas de contact d'après la littérature, peu d'articles mentionnent l'allergie à la DPG. Celle-ci pourrait être en augmentation secondairement aux recommandations évoquées. Ce travail souligne l'importance de la veille médicale sur l'émergence de nouveaux risques professionnels.

- DUFLOS-BOUFFARD Émilie. Le retour au travail après un accident de la route : facteurs associés à une reprise tardive. Une analyse de la cohorte ESPARR. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2009 - n° .
Parmi les conséquences des accidents de la route, l'impact sur la vie professionnelle est bien perceptible mais mal connu. La prise en charge faisant suite à l'accident comprend souvent un arrêt du travail, temps nécessaire à la consolidation de l'état de santé. Pourtant sa prolongation peut s'avérer néfaste pour l'accidenté et être le témoin d'une inadaptation socioprofessionnelle ou d'une décompensation physique et psychique. La seule connaissance des lésions ne suffit ni à expliquer les différences des durées d'arrêt de travail d'un sujet à un autre, ni à prévenir les situations de difficultés de retour à l'emploi. ESPARR est une cohorte de 1373 accidentés de la route. Le retour au travail et les conditions de reprise font partie des éléments recueillis au cours du suivi. L'objectif est de mettre en évidence des facteurs prédictifs d'un retour " tardif " au travail. A partir des données recueillies à l'inclusion et au cours du suivi six mois et un an après l'accident auprès des 893 personnes âgées de 16 à 65 ans susceptibles de travailler au moment de l'accident, nous avons défini en fonction des lésions présentées des seuils de durées d'arrêt de travail au-delà desquels un retour au travail est considéré comme " tardif ". Les sujets sont ensuite classés en fonction de la gravité de leur(s) lésion(s) et de leur durée d'arrêt de travail en situation de retour " tardif " ou " normal " au travail. Par une analyse univariée complétée par une analyse multivariée, nous recherchons les facteurs présents lors de l'accident ou lors de la phase post accidentelle prédisant ce retour " tardif ". La sévérité des lésions, une atteinte du membre inférieur ou de la colonne vertébrale, le fait d'avoir été hospitalisé et opéré, l'apparition de complications au décours de l'accident, la survenue d'un syndrome de stress post-traumatique, un faible niveau d'études et le fait de porter plainte sont significativement associés à un retour " tardif " au travail. Cette étude confirme le poids du stress post-traumatique, associé au sentiment d'être une " victime ", et du fait de porter plainte dans le processus du retour au travail. Elle incrimine également les lésions portant atteinte à l'autonomie fonctionnelle de la personne et le faible niveau d'études, reflet d'une moindre capacité à rebondir après un tel événement.

- ELHADAD-MICHEL Myriam. L'insécurité en Médecins Générale en Rhône-Alpes : Etude rétrospective auprès des médecins généralistes de ia région. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2009 - n° .
L'insécurité est un problème d'actualité qui n'épargne pas les médecins généralistes.
Matériel et méthode : Enquête rétrospective par questionnaire auprès des médecins généralistes de !a région (n=5997). Les médecins généralistes ont été interrogés sur ies situations d'insécurité qu'ils avaient pu subir au cours des années 2004-2006.
Résultats : Taux de réponse 34.7% (n=2079 questionnaires exploitables). 52% des praticiens ont été confrontés au cours de ces trois années à des situations d'insécurité visant leur personne ou leurs biens, 27% ont été confrontés à des situations d'agression verbale, 5% à des agressions physiques, 25% à des vols, Treize pour-cent des praticiens ont un sentiment d'insécurité dans leur pratique professionnelle. Les praticiens significativement plus confrontés à des situations d'insécurité sont : les médecins femmes, ceux âgés de moins de 50 ans, ceux installés en zone urbaine sensible, ies praticiens qui participent au tour de garde et ceux qui font des visites à domicile. Le fait d'être instailé en groupe, d'avoir un secrétariat à l'accueil, d'avoir un accès au cabinet contrôlé, ne sont pas significativemenî corrélés aux situations d'insécurité, bien que le sentiment d'insécurité soit lui moindre dans ces cas là. Les motifs à l'origine des situations d'insécurité sont par ordre de fréquence : un temps d'attente jugé trop long, une affection psychiatrique, un désaccord concernant une prescription. 47% des praticiens ont déclaré des situations comme marquantes, le plus souvent la personne à l'orlgine d'une situation marquante est un homme, de 25-45 ans, connu du praticien. Suite à ce type de situation : 36% des praticiens (pour 417 événements) ont fait un signalement à la police, 14% (pour 162 événements) à l'ordre des médecins. Lorsqu'une mesure est prise, celle adoptée le plus fréquemment est une modification du comportement avec ies patients.
Discussion : Les médecins généralistes sont confrontés à des situations d'insécurité largement sous estimées par les chiffres officiels et diffusés, notamment par l'ordre des médecins. Cette étude apporte par sa puissance des éléments quantitatifs qui doivent être complétés d'approches qualitatives.


- GOLIN Stéphane. Les pneumopathies interstitielles diffuses d'origine professionnelle : un diagnostic incertain. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2009 - n° .
Les pneumopathies interstitielles diffuses (PID) professionnelles sont des pathologies relativement rares. Leur diagnostic est difficile, et s'inscrit dans le diagnostic des pneumopathies interstitielles en général. La dimension médico-administrative du problème, susceptible de conduire à une reconnaissance en maladie professionnelle, constitue une difficulté supplémentaire. Notre étude d'une population de 59 patients souffrant d'une PID d'origine indéterminée, adressés à la consultation de pathologie professionnelle de Lyon pour recherche d'une étiologie professionnelle sur la période 2001-2007, a pour objectif la mise en évidence d'arguments confirmant ou infirmant le diagnostic de PID professionnelle, et la recherche de pistes susceptibles d'en faciliter le diagnostic étiologique. La description de cette population - en fonction de ses caractéristiques personnelles, socioprofessionnelles et médicales, ainsi que les expositions professionnelles retenues et les particularités de la consultation - a permis de constituer trois groupes selon la certitude diagnostique du praticien (certitude diagnostique positive, négative ou incertitude diagnostique). Les arguments du diagnostic positif ou négatif de PID professionnelle sont d'ordre médical (tableau compatible ou non), professionnel (données d'exposition) et épidémiologique (données de la littérature). L'incertitude diagnostique est fréquente (28,8% des cas). Afin de faciliter le diagnostic de ces affections, le développement d'un parcours de soins standardisé favorisant la pluridisciplinarité entre médecins généralistes, médecins du travail et des services de pathologie professionnelle, et pneumologues est à privilégier.

- LOZANO Damien. Étude de la mortalité par hémopathies malignes dans 29 communes au sud de Lyon (Rhône) entre 2000 et 2004. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2009 - n° .
Une part non négligeable de cancers serait d'origine environnementale (professionnelle ou non). Les difficultés méthodologiques pour identifier les facteurs environnementaux sont grandes. Le CIRC a identifié plusieurs agents chimiques comme cancérogènes certains. Le benzène et d'autre HAP en font partie, ils sont issus d'une part des industries lourdes pétrochimiques et d'autres part du trafic automobile. Lyon abrite au Sud de son agglomération un important pôle industriel pétrochimique couramment nommé couloir de la chimie. Certains praticiens estime être témoin d'un accroissement de l'incidence de cancer et notamment d'hémopathies malignes cette région. Nous présentons ici une étude écologique au sujet de la mortalité par hémopathie maligne au sein des populations riveraines des sites industriels entre 2000 et 2004. Ce travail descriptif a pour but d'apporter un élément de réponse au questionnement des praticiens et pourrait être un préambule à des études analytiques. Ainsi, la mortalité des habitants de 29 communes au sud de Lyon (307 144 en 1999) a été comparée à celle des populations de Rhône-Alpes et de la France métropolitaine sur la période d'étude. Dans notre zone d'étude, 197 décès par hémopathies ont été recensés dont 98 par lymphomes (91 LMNH et 7 maladies d'Hodgkin) et 99 par leucémies (6 LLA, 24 LLC, 50 LMA et 19 LMC). Le calcul d'un taux de mortalité ajusté au sexe et à l'âge et comparé à la région et à la France métropolitaine ne retrouve pas d'excès de mortalité pour le groupe des lymphomes. En revanche un excès est observé en ce qui concerne les LMA (1,62; IC 95% [1,2-2,14] par rapport à Rhône-Alpes et 1,7; 1; IC 95% [1,28-2,24] par rapport à la France). Ces observations sont non concluantes qu'en à la réalité d'un risque accru de leucémies du fait de la nature écologique de l'étude. Cependant, elles présentent des similitudes avec les études existantes.

- SPINNLER-DENISOFF Sandra. Vécu des violences subies par le personnel d'un service d'urgence. Exemple du centre hospitalier de Villefranche-sur-Saône. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2009 - n° .
L'OBJECTIF de ce TRAVAIL a été de mieux connaître les situations qui engendrent des violences à l'encontre du personnel soignant d'un service d'urgence (violences secondaires à des conflits de personnes), et de préciser l'impact sur les victimes de ces agressions. Cette recherche n'a pas concerné les violences inhérentes au contact direct et quotidien avec la maladie, les situations de détresses vitales et la mort. Par ailleurs, le périmètre de ce travail s'est limité aux unités d'accueil des urgences et d'hospitalisation de courte durée, à l'exclusion de l'unité de SMUR et de l'unité post-urgence dont le fonctionnement se rapproche plus d'une unité d'hospitalisation conventionnelle.
Dans ce but, une étude de la littérature a été menée, puis au sein du service une enquête anonyme a été proposée à l'ensemble du personnel médical, paramédical et administratif.
A l'issu de ce travail, quelques pistes de réflexion seront proposées, dans le cadre d'une politique de prévention des violences et pour limiter les conséquences de ces agressions sur le personnel des urgences.

retour Thèses

2010

- DECOSTER Axelle née TEISSEIRE. Conditions de travail et santé des salariés travaillant auprès des personnes âgées, Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2010 - n° .
Le vieillissement de la population générale française et l'accueil des résidents de plus en plus dépendants et atteints de pathologies diverses dans les établissements pour personnes âgées, a engendré une augmentation des contraintes ayant potentiellement un retentissement sur la santé des salariés.
Nous avons donc participé à la mise en place d'une étude transversale dans les maisons de retraite médicalisées de la région Rhône-Alpes. L'objectif est de décrire les conditions de travail et la santé des employés de ces établissements. En parallèle, nous avons réalisé des analyses concernant les salariés travaillant auprès des personnes âgées à partir des données de deux enquêtes nationales, l'étude SUMER réalisée en 2003 et l'Observatoire EVREST de 2008 et 2009. Les données recueillies par le questionnaire SUMER concernent les conditions de travail et le vécu du travail (questionnaire de Karasek). Les données du dispositif EVREST apportent en plus des informations sur la santé des salariés.
Les deux populations sont composées respectivement de 337 salariés (SUMER 2003) et de 318 salariés (EVREST). Les sujets inclus sont pour la plupart des femmes, l'âge moyen est respectivement de 40,1 ans (SUMER 2003) et de 39,6 ans (EVREST). Les salariés travaillent majoritairement à temps plein et effectuent de nombreux week-ends. Plus d'un quart réalise des horaires coupés. La quasi-totalité rapporte manutentionner des charges lourdes. Parmi les salariés issus de l'enquête SUMER 2003, la demande psychologique moyenne est de 22,0 (+/- 4,9), la latitude décisionnelle atteint 68,8 (+/- 10,9) et le soutien social 23,4 (+/-3,6). Au sein de la population issue de l'étude EVREST, 34,7% des salariés disent ressentir actuellement des « problèmes », au niveau du rachis, 23,2% rapportent être nerveux et 27,2% décrivent des troubles du sommeil.
Les niveaux de contraintes organisationnelles et physiques se révèlent supérieurs à ceux rencontrés dans l'ensemble de la population SUMER 2003 et EVREST. Les scores moyens de Karasek sont comparables à ceux de l'ensemble des salariés du champ SUMER 2003. L'état de santé de cette population semble globalement plus médiocre que dans l'échantillon global EVREST. Ces résultats pourront être comparés à ceux retrouvés dans l'étude maisons de retraite de la région Rhône-Alpes.

- DESBAT Olivier - Etude qualitative des facteurs de risque et de protection du syndrome d'épuisement professionnel ou burnout syndrom chez douze médecins généralistes installés. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2010 - n° .
Le burnout ou syndrome d'épuisement professionnel est actuellement un problème de santé publique. Même si d'autres professionnels peuvent être touchés, le médecin généraliste semble particulièrement exposé : près d'un médecin sur deux serait concerné par cette pathologie.
Dans un premier temps, nous avons effectué une recherche bibliographique qui nous a permis de proposer une définition du burnout et de citer ses principaux signes cliniques. Nous avons également dégagé les principaux facteurs de risque et de protection de ce syndrome.
Dans un deuxième temps, nous avons réalisé une enquête qualitative auprès de douze médecins généralistes installés, qui ont accepté de répondre à des questions visant à dépister la présence de facteurs de risque et de protection du burnout dans leur pratique quotidienne.
Les réponses et réactions de ces praticiens ont été reportées en intégralité et analysées, ce qui nous a permis de dégager de possibles pistes pour prévenir cette affection qui menace les médecins généralistes et donc la santé de tous.

- GRELEAUD Diane. Apport potentiel de l'analyse minéralogique lors du bilan thoracoscopique de pathologies pleurales suspectes de malignité. A propos de 29 cas pris en charge par une équipe lyonnaise de chirurgie thoracique entre Mai 2006 et Septembre 2009. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2010 - n° .
La numération des corps asbestosiques en microscopie optique sur échantillons biologiques est une analyse en plein développement dans le champ des pathologies pleurales reliées à l'amiante. Nous étudions les cas de 29 patients ayant subi une thoracoscopie d'exploration d'une pathologie pleurale suspecte de malignité et ayant bénéficié d'une recherche de corps asbestosiques en MOCP sur biopsie de parenchyme pulmonaire. On retient chez les 14 cas de mésothéliomes un taux positif avec une médiane à 4759 CA/gr de poumon sec. Une exposition professionnelle à l'amiante est identifiée dans 11 cas de mésothéliomes ; seulement 9 cas ont été déclarés en maladie professionnelle. La recherche de corps asbestosiques chez les patients peut contribuer à la déclaration. Nous préconisons de réaliser une biopsie pulmonaire lors du bilan thoracoscopique de pathologies pleurales suspectes de malignité, avec stockage du prélèvement et analyse minéralogique ultérieure en fonction du diagnostic anatomo-pathologique.

- LAVENIR Bertrand. Effets de l'irradiation médicale : validation de la méthode cytogénétique des chromosomes dicentriques pour les patients ambulatoires en cardiologie interventionnelle. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2010 - n° 211.
L'exposition médicale aux radiations ionisantes augmente progressivement, notamment avec le scanner. Les procédures d'angioplastie coronaire participent à cet accroissement. Si leurs effets déterministes, principalement l'érythème radique, sont bien répertoriés, leurs effets stochastiques, risque de cancer radio-induit, sont mal connus. Les aberrations chromosomiques démontrent les effets cytogénétiques de l'irradiation.
Une numération des chromosomes dicentriques a été réalisée, avant et après angioplastie chez neuf patients coronariens et sur des échantillons sanguins d'un donneur sain, exposés à des doses croissantes de la même source d'irradiation, en vue d'établir un étalonnage.
L'effet cytogénétique de l'angioplastie coronaire a été observé avec un accroissement moyen de 0,679 ± 0,8 pour 1000 métaphases (p = 0,039), soit rapporté à la dose délivrée 0,0492 supplémentaires dicentriques pour 1000 métaphases et par millisievert. Nous n'avons par contre pas pu établir de lien significatif entre cette augmentation et la dose délivrée, mesurée par le PDS. La valeur moyenne extrapolée par dosimétrie biologique 40 mSv est du même ordre de grandeur que celle mesurée physiquement 13,81 mSv, malgré l'exposition partielle, le petit nombre de patients, leur âge élevé et la présence de nombreuses aberrations basales.

- ORIOL Bénédicte. Téléphone portable et tumeurs cérébrales. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2010 - n° 216.
Avec le déploiement important de la téléphonie mobile, on peut s'interroger sur les effets des champs électromagnétiques de radiofréquences. Les téléphones portables transmettent les informations relatives à une conversation à une station de base par une onde radio. Différentes bandes de fréquences sont utilisées: 900 et 1800 MHz pour les GSM, 2000 pour l'UMTS et 1900 MHz pour les téléphones sans fil type DECT. L'énergie provenant des radiofréquences est absorbée par les cellules des organes situés à proximité immédiate du récepteur, au niveau de l'oreille. Les tumeurs les plus susceptibles de se développer sont les tumeurs cérébrales. Celles-ci sont des tumeurs rares le plus souvent d'évolution lente dont les plus fréquentes sont les gliomes puis les tumeurs des méninges et les neurinomes.
Une revue de la littérature sur la recherche d'une association entre l'utilisation du téléphone portable et les tumeurs cérébrales a été réalisée. Seules les études primaires ont donné lieu à une lecture critique. Chaque étude analysée a été présentée dans une grille de lecture.
Les premières études effectuées sur le sujet ont eu lieu entre 1994 et 1999. Cinq études cas-témoins et une étude de cohorte n'ont pas mis en évidence de différence significative entre les sujets exposés et les sujets non exposés.
Interphone, étude multicentrique n'a pas trouvé d'association entre les tumeurs de la tête (neurinome, gliome et méningiome) et l'utilisation du téléphone analogique, digital ou sans fil (DECT).
En Suède ont été menées trois études de type cas-témoins successives dirigées par le Dr Hardell L. Pour les neurinomes de l'acoustique, une augmentation de risque a été mise en évidence avec l'utilisation des téléphones analogiques. Pour les astrocytomes de haut grade une augmentation de risque a été associée avec l'utilisation des téléphones analogiques, digitaux et sans fil. Dans les deux cas, plus la durée d'utilisation était élevée et plus l'intensité d'utilisation était importante, plus le risque était élevé. Il n'a pas été mis en évidence d'augmentation de risque ni pour les méningiomes, ni pour les astrocytomes de bas grade.
Deux remarques générales ont été discutées, l'une concerne l'évaluation de l'exposition, l'autre les financements des études scientifiques.
Les premières études sont confrontées à plusieurs limites: le faible nombre d'utilisateurs de téléphones portables leur fait perdre de la puissance statistique et elles présentent des biais dans le recueil des données et dans la sélection des cas.
Trois biais majeurs ont été discutés dans les études d'Interphone: un biais de sélection est probable, un biais de mesure a été rencontré dans toutes les études et deux études ont présenté un biais statistique par manque d'exhaustivité de leurs résultats.
Dans les études menées en Suède, Hardell et son équipe ont essayé de réduire le plus possible les biais habituels. Seul un biais de sélection lié à la comparabilité des groupes n'a pas été discuté par les auteurs.
Les résultats rassurants d'Interphone paraissent altérés par trois biais importants. Dans les études d'Hardell et son équipe, des résultats statistiquement significatifs ont été trouvés avec des biais qui ont semblé assez bien maîtrisés. Ces études ont montré que l'exposition aux radiofréquences du téléphone portable était associée à une augmentation de risque des neurinomes de l'acoustique et des astrocytomes de haut grade.

retour Thèses

2011

- FOUILLY Marie. Conditions de travail et santé des salariés dans les maisons de retraite. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2011 - n° 
L'objectif de cette étude était d'évaluer les conditions de travail et l'état de santé des salariés travaillant auprès des personnes âgées dans les maisons de retraite médicalisées de la région Rhône-Alpes. Au total, 78 médecins du travail ont participé à cette étude. Ils ont inclus 105 établissements et 2 889 salariés. Les salariés étaient des femmes dans 90% des cas, âgés en moyenne de 41 ans, trois quarts d'entre eux étaient titulaires ou en contrat à durée indéterminée. Les établissements inclus sont généralement bien équipés en matériels de manutention (lits à hauteur variable, lève-malades, verticalisateurs...). En revanche, moins de 40% sont dotés de baignoires à hauteur variable ou de lits douches et en faible nombre. Plus de la moitié des salariés rapportent avoir suivi une formation à la manutention au cours des 5 dernières années. Ils ne sont que 24% à souhaiter effectuer ce type de formation, alors que 35 à 40% souhaitent suivre une formation à l'approche psychologique des personnes âgées et aux soins palliatifs. 70% des salariés inclus dans cette étude déclarent avoir été victimes d'agressions verbales par des résidents et 49% d'agressions physiques. La prévalence d'un déséquilibre effort/récompense, selon le modèle de Siegrist, est de 7,6% chez les femmes et 2,9% chez les hommes. Malgré des conditions de travail jugées difficiles et des moyens en personnels perçus comme insuffisants par 78% des salariés, près de 70% d'entre eux estiment être en bonne santé. 58% des salariés rapportent des plaintes au niveau de la région lombaire au cours de l'année précédente, 47% au niveau cervical et 36% au niveau des épaules. Selon le score de Likert basé sur le questionnaire GHQ-12, 35,3% des sujets présentent des signes de souffrance mentale et 7,4% une souffrance mentale importante. Les contraintes psycho-sociales, les plaintes concernant les régions lombaire, cervicale et scapulaire et les signes de souffrance mentale sont plus fréquents chez les femmes, les agents de soins et les infirmiers(ières), et augmentent avec l'ancienneté. Cette étude souligne la fréquence particulière des contraintes psychosociales et des signes de souffrance mentale ainsi que la forte demande de cette population de bénéficier de formations sur l'approche psychologique et l'accompagnement des personnes âgées.

- MARCONNET Sophie. Enquête de pratique sur la prise en charge de la souffrance morale au travail réalisée auprès de 106 médecins généralistes de la région Rhône-Alpes. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2011 -
La souffrance morale au travail est un problème de société et un motif de consultation fréquent en cabinet de médecine générale où le médecin généraliste est bien souvent la personne de premier recours. Mais quelle prise en charge propose t-il à ses patients et quelles sont ses difficultés ? Notre travail a consisté à réaliser une enquête de pratique sur la prise en charge de la souffrance morale au travail auprès de 106 médecins généralistes de la région Rhône-Alpes. A travers cette étude, nous avons établi une description de l'attitude de dépistage qui reste insuffisante, de l'attitude diagnostique avec des difficultés à reconnaître, confirmer et évaluer le degré d'une souffrance professionnelle et de l'attitude thérapeutique des médecins généralistes. Si ceux-ci ont le plus souvent recours à l'arrêt maladie, l'utilisation de thérapeutiques médicamenteuses (anxiolytiques, antidépresseurs, phytothérapie) semble se situer en terme de fréquence, après l'orientation auprès des professionnels médicaux ou paramédicaux (médecin du travail, psychologue, psychiatre). Les médecins généralistes n'agissent donc pas seuls. Cela peut être interprété de différentes manières : soit les praticiens revendiquent le bénéfice d'une prise en charge pluridisciplinaire, soit le manque de temps et le sentiment d'impuissance poussent les médecins généralistes à adresser leurs patients à d'autres confrères. Par ailleurs, le recours aux thérapeutiques médicamenteuses reste important mais la présence non négligeable de thérapeutiques douces (phytothérapie, homéopathie) est peut-être en faveur d'une modification des pratiques. A partir de l'analyse de ces éléments et des difficultés rencontrées par les praticiens nous avons tenté de proposer quelques outils à l'usage du médecin généraliste pour faciliter la prise en charge des patients en souffrance au travail.

retour Thèses

2012

- CONSTANTIN Cyrille. Risque cardiovasculaire global chez les sapeurs-pompiers : Cohorte prospective de 359 dossiers randomisés de sapeurs-pompiers professionnels et volontaires du département de l'Ain. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2012 -
Introduction : L'estimation du risque cardiovasculaire global permet de cibler les individus à risque d'accident cardiovasculaire. La profession de sapeur-pompier expose les agents à des efforts non programmés, intenses et maximums dans un environnement hostile. Ces contraintes physiques et ces facteurs de stress exposent les sapeurs-pompiers au risque de survenu de mort subite ou d'accident cardiovasculaire.
Méthodes : À partir d'une cohorte randomisée de 359 sapeurs-pompiers dans l'Ain, professionnels (21) et volontaires (338), nous avons dans un premier temps analysé et comparé les facteurs de risque cardiovasculaire des 3 dernières années (2008-2011) du suivi médical et dans un second temps nous avons calculé leur risque cardiovasculaire global.
Résultats : La représentation des facteurs de risque cardiovasculaire au sein de notre population d'étude reste proche de celle retrouvée dans la population générale en France. Peu de différences sont observées entre sapeurs-pompiers professionnels et volontaires. Le calcul du risque cardiovasculaire de notre effectif montre qu'il existe un risque au moins 5 fois supérieur chez 31.1% (IC95% = [26.3-35.9]) des sapeurs-pompiers par rapport aux individus du même groupe sans facteurs de risque cardiovasculaire. Ce risque est équivalent quelque soit le statut et se retrouve déjà à partir de 25 ans.
Conclusion : Notre travail nous a permis d'estimer le risque cardiovasculaire global des sapeurs-pompiers du département de l'Ain et de montrer, sans distinction de statuts, qu'il existe au moins un risque 5 fois supérieur pour 1 sapeur-pompier sur 3. Ce risque étant présent dès l'âge de 25, notre travail nous amène à proposer des modifications dans le suivi médical des sapeurs-pompiers ainsi que le renforcement des actions de prévention cardiovasculaire.

- DAVERTON Brice. Analyse minéralogique pulmonaire et syndromes infiltratifs. L'expérience du laboratoire de minéralo-pathologie du Centre Hospitalier Saint Joseph - Saint Luc. A propos de 226 prélèvements reçus de 2005 à 2011. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2012 -
Depuis 1989, l' équipe du service de pneumologie de l'Hôpital Saint Joseph - Saint Luc s'intéresse à la sous- estimation du rôle des poussières dans le déclenchement des maladies non seulement en pathologie cancéreuse pleuro-pulmonaire mais également lors des pathologies infiltratives et ceci notamment grâce au laboratoire de minéralo-pathologie permettant, depuis 2005, la recherche de taux élevés de corps asbestosiques soit sur des fragments de parenchyme pulmonaire, soit sur du LBA.
Nous rapportons les résultats d'une étude rétrospective portant sur 226 prélèvements adressés au laboratoire pour analyse minéralogique pulmonaire dans le cadre du bilan d'une pathologie pulmonaire infiltrative entre 2005 et 2011 : 32 biopsies et 194 LBA. On retient 4 biopsies et 39 LBA positifs avec 12 patients déclarés en maladie professionnelle liée à l'amiante, 4 pour silicose et 8 au FIVA. Les données confirment l'intérêt de cette analyse et la possibilité d'une reconnaissance de l'asbestose dans le syndrome infiltratif en présomption d'imputabilité pour les dosages entre 1000 et 5000 CA/ gr de poumon sec ou entre 1 et 5 CA par ml de LBA, même si l'hypothèse d'une fibrose idiopathique associée à une surcharge en amiante ne peut être éliminée. II est par ailleurs possible, par des technique d'analyse optique numérique quantitative, couplées à de l'analyse en microscopie électronique qualitative, d'estimer un taux de poussières fines (inférieures à 5 µm) et d'en préciser la nature chimique. Ceci permet d'identifier des surcharges anormales en poussières pour certaines pathologies infiltratives et de requalifier le diagnostic en pneumoconiose. Ceci pourrait aider à redéfinir de nouvelles frontières pour les pneumoconioses.

- LESSORT Rudy. Exposition professionnelle au trichloréthylène et risque de cancer du col utérin. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2012 -
Aujourd'hui, 4 à 10 % des cancers seraient d'origine professionnelle. L'enquête SUMER 2003, dénombrait 2 370 000 personnes et parmi eux, 153 600 étaient exposés au trichloréthylène.
A côté des facteurs de risque généraux du cancer du col de l'utérus, une suspicion existe quant au rôle pathogène de certains solvants chlorés auxquels peuvent être exposées les femmes durant leur activité professionnelle. Une étude de faisabilité, notamment, menée en 2006 dans la Vallée de L'Arve en Haute-Savoie par Confavreux et al., et plusieurs articles de la littérature internationale retrouvent une augmentation du risque de morbidité ou de mortalité par cancer du col de l'utérus lors d'antécédent d'exposition au trichloréthylène ou à de multiples solvants dont le trichloréthylène, mais ceci sans indépendamment des facteurs de risque identifiés du le cancer du col, en particulier l'infection à Human Papilloma Virus.
L'objectif principal de cette étude a donc été d'analyser le lien entre une exposition au trichloréthylène et le cancer du col utérin en prenant en compte les autres facteurs de risque de cette pathologie, qu'il s'agisse des facteurs professionnels suspectés ou des facteurs non professionnels, notamment le statut HPV des femmes.
Pour ceci une enquête cas-témoins a été réalisée, parmi la population active féminine de la vallée de l'Arve, recueillant les facteurs de risques généraux et l'exposition professionnelle, pour analyses uni et multivariées.
Au total 69 cas et 69 témoins ont participé à l'étude permettant de retrouver des résultats cohérents, en ce qui concernant les facteurs non professionnels du cancer du col utérin, la littérature internationale, suggérant que HPV est un facteur nécessaire mais non suffisant à la constitution de dysplasies du col. Une notion de rôle protecteur de l'obésité discutée est également retrouvée ici.
Notre étude ne retrouve pas d'excès significatif de risque de dysplasies ou cancer du col utérin en lien avec l'exposition au trichloréthylène, et ce risque tend à diminuer lorsque la durée d'exposition ou la dose cumulée augmentent. Toutefois, la puissance statistique de l'étude ne permet pas de conclure concernant la possibilité d'un risque faible mais ces résultats permettent de rejeter l'existence d'un risque élevé de dysplasies ou cancers du col utérin dans cette région.

- ROUSSEL Nicolas. Le Soutien Sanitaire Opérationnel des Sapeurs-Pompiers du département de l'Ain. Propositions d'éléments pour l'élaboration de procédures visant à diminuer les accidents du travail ou leurs conséquences lors des interventions, formations et entraînements. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2012 -
Nous avons proposé des éléments afin de permettre la mise en place de procédures de soutien sanitaire opérationnel dans le département de l'Ain en respectant les différents niveaux de préventions définis par l'OMS, avec pour objectif de diminuer les accidents du travail des sapeurs-pompiers et leurs conséquences en interventions mais aussi lors de certaines formations ou entraînements. Nous avons pour cela étudié les contraintes supportées par les sapeurs-pompiers ainsi que l'accidentologie des sapeurs-pompiers du département de l'Ain de ces sept dernières années, lors des interventions, de certaines formations et entraînements. Nous avons également comparé les pratiques du soutien sanitaire opérationnel communiquées par d'autres départements ou à l'étranger.

retour Thèses

2013

- d'AUBAREDE Constance Épouse FRIEH. Violences et incivilités des usagers dans un service d'urgences ophtalmologiques : exploration qualitative de l'expérience du personnel soignant. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2013 - n° 166.
La violence au travail est un risque psychosocial. Elle a des répercussions avérées sur la santé des travailleurs. Le personnel hospitalier est la catégorie professionnelle la plus touchée. L'étude PREVURGO a pour but la réduction du nombre d'actes de violence et d'incivilités (AVI) commis dans un service d'urgences ophtalmologiques, par une série d'interventions.
L'objectif de cette étude, volet qualitatif de PREVURGO, était de décrire la perception des professionnels de santé des situations de violence.
Une méthodologie de recherche qualitative a été adoptée. Les données ont été recueillies par des entrevues individuelles semi-structurées auprès de 27 membres de l'équipe, des observations de terrain et l'analyse de documents. Les entrevues retranscrites ont fait l'objet d'une analyse qualitative thématique de contenu.
Une typologie des AVI a été élaborée en six catégories sur un continuum de gravité croissante. Mais les remarques relatives aux demandes répétées et aux exigences des usagers, non considérées comme des AVI, étaient également omniprésentes dans les témoignages recueillis. L'ensemble de ces actes requéraient de façon permanente des exigences émotionnelles de la part du personnel.
Les répondants adoptaient des stratégies professionnelles d'adaptation comportementale, mais leurs limites personnelles pouvaient être dépassées. Il y avait une sous-déclaration des événements de violence. Les participants avaient un sentiment de faible utilité de ces signalements. Les AVI avaient des conséquences sur leur travail et leur santé. Le personnel interrogé a attribué des causes à ces AVI (durée d'attente, manque de personnel, facteurs dans l'organisation du travail et évolution de la société) et proposé des pistes de solutions.
Les résultats de cette étude ont permis d' évaluer qualitativement les représentations de la violence chez les membres du personnel. Un certain degré de congruence entre les interventions proposées par le programme de prévention PREVURGO et les solutions identifiées par les répondants a été établi. Des pistes de réflexion ont été avancées pour améliorer les conditions de travail du personnel et la prise en charge des patients. Elles concernaient plus particulièrement la construction du collectif du travail, le rôle du service de sécurité et l'agencement des locaux. La construction du collectif de travail était liée à l'articulation des activités médicales, paramédicales et administratives dans l'organisation du travail.
Accès Thèse

- BERTRAND-QUASEVI Christelle. Souffrance morale au travail : représentations des médecins généralistes. Etude qualitative à partir de trois focus-groups. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2013 - n° 235.
La souffrance morale au travail est un phénomène de plus en plus fréquent. Le médecin généraliste est souvent le premier recours. Notre hypothèse est que certains remettent en cause l'existence de cette pathologie, parlant de fainéantise. La méthode est une analyse qualitative à l'aide de trois focus-groups. L'objectif principal est d'étudier le ressenti des médecins généralistes, l'objectif secondaire est d'identifier les freins à une non-reconnaissance.
Trois grands thèmes sont étudiés : la définition de la souffrance morale au travail, la prise en charge de cette pathologie et le vécu des médecins généralistes.
On peut définir la souffrance morale au travail par l'intrication de deux éléments : un contexte socioéconomique (altération du travail, altération des relations au travail et pression de performance) et l'expérience vécue par le patient qui dépend de son histoire personnelle. Les modes d'expression sont différents, mais la souffrance profonde et insoluble.
La prise en charge débute par une consultation que l'on pourrait qualifier de « thérapeutique », où l'attitude empathique est primordiale. Il faut amener le patient à devenir acteur de sa prise en charge. La collaboration avec le médecin du travail est indispensable, avec l'arrêt maladie qui va permettre de soustraire le patient à sa souffrance et prendre du recul.
Le ressenti du médecin généraliste est multiple. Les réactions positives relèvent l'aspect intéressant et enrichissant ainsi que le fait de se sentir utile. Les réactions négatives sont à type de tristesse et de colère vis-vis de la situation du patient. Il y a aussi des réactions dirigées contre le patient de méfiance, doute, impression de manipulation, qui se manifestent notamment lorsque l'on évoque l'arrêt de travail. Face à ces difficultés, nous proposons une prise en charge pluridisciplinaire (binôme médecin généraliste-médecin du travail surtout). Cette complémentarité permet d'objectiver la situation et d'écarter les doutes.

- BOUNIN Alice. Evaluation de la fréquence de l'exposition aux fibres d'amiante chez des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire. Etude Evamovaire. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2013 - n° 243.
En France, le cancer de l'ovaire est la quatrième cause de mortalité par cancer. Ses facteurs de risque restent pour l'instant assez mal connus. La part des cancers de l'ovaire qui pourraient être liés à une exposition professionnelle ou environnementale à l'amiante est imprécise. Les études réalisées dans différents secteurs d'activité ont mis en évidence un risque augmenté de cancer de l'ovaire chez des femmes ayant été exposées professionnellement ou par l'intermédiaire de leur conjoint exposé. En 2009, le Centre International de recherche sur le cancer a classé l'amiante comme cancérogène certain pour l'ovaire.
L'objectif de cette étude descriptive était d' évaluer la fréquence de l'exposition directe ou indirecte aux fibres d'amiante chez les femmes présentant un cancer de l'ovaire et de quantifier cette exposition.
Nous avons inclus 162 patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire de différents types et sous-types histologiques. L'âge médian de notre échantillon était de 58 ans. Elles avaient travaillé en moyenne dans 2,4 emplois chacune avec une durée de travail médiane de 29 années. A partir de l'analyse des parcours professionnels et du questionnaire spécifique sur l'utilisation de l'amiante, nous avons estimé que 18% des patientes avaient été exposées à l'amiante pendant leur carrière, dont 5% de manière certaine, avec une durée d'exposition estimée à 14 années en médiane. L'étude portait aussi sur les expositions indirectes à l'amiante, transporté sur les vêtements des travailleurs (parents, maris, enfants) et ainsi rapporté dans leur foyer. Nous avons estimé que 25% des membres de leurs familles avaient été exposés à l'amiante et ainsi 60% des patientes auraient été exposées indirectement.
Cette étude devrait être complétée par une analyse par inclusion de témoins puisque la fréquence de l'exposition à l'amiante directe ou indirecte dans notre échantillon de patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire semble élevée. La réalisation d'une étude cas-témoin permettrait d'estimer un niveau de risque de cancer de l'ovaire lié à l'amiante en population générale alors que les données disponibles sont issues essentiellement de cohortes.

- CHAUMET Jessica. Le risque suicidaire propre à la profession médicale. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2013 - n° 170.
La question du suicide des médecins reste souvent du domaine du secret en France. Pourtant l'on observe depuis plusieurs années une augmentation inquiétante de la souffrance des soignants.
Nous introduirons notre propos par une histoire clinique, puis nous tenterons de recenser les études épidémiologiques étrangères et françaises les plus représentatives, afin d'en dégager les résultats principaux concernant la surmortalité supposée des médecins par suicide. Nous étudierons ensuite les caractéristiques propres au syndrome d'épuisement professionnel, ou burn out syndrome : il s'agit parfois d'une étape préliminaire au passage à l'acte suicidaire, qui lui-même s'inscrit dans une histoire psychique et environnementale propre à chaque individu. Nous essaierons alors de comprendre dans quelle mesure l'exercice de la profession médicale pourrait exposer les médecins à un risque suicidaire plus élevé, pour enfin aborder les différents moyens de prévention déjà mis en œuvre en France et à l'étranger. Nous verrons également, à travers le regard de trois professionnels, quel rôle la médecine du travail a à jouer dans la prévention et la prise en charge de ces « médecins malades ».

- DREANO-HARTZ Soazic. Mesure de l'épuisement professionnel des médecins travaillant en unité de soins palliatifs et en équipe mobile de soins palliatifs en France. Etude de faisabilité. Echantillon de 100 médecins. Thèse d'exercice de médecine : Université Bordeaux 2, 2013 - n° 15.
Introduction : En soins palliatifs, les médecins sont confrontés à des situations complexes de fin de vie. Le syndrome d'épuisement professionnel reste peu étudié dans cette population.
Objectif de l'étude : Mesurer la prévalence du syndrome d'épuisement professionnel (SEP) chez les médecins travaillant en soins palliatifs en France (unité de soins palliatifs (USP) et/ou équipe mobile de soins palliatifs (EMSP), comparer ces deux populations et identifier les facteurs protecteurs.
Méthode : Nous avons mené une étude pilote transversale sous la forme d'un questionnaire en ligne comprenant le Maslach Burnout Inventory (MBI), des données sociodémographiques, professionnelles, motivationnelles, envoyé à 100 médecins tirés au sort en France.
Résultats : 62 questionnaires étaient exploitables à l'issue de trois relances. Huit (13 %) participants présentaient un épuisement émotionnel élevé, 3 (5 %) une dépersonnalisation élevée, 11 (18 %) un faible accomplissement personnel. Le type d'exercice (EMSP et/ou USP) ne favorisait pas la survenue d'un SEP. Les médecins exerçant en alternance USP/EMSP constituaient une troisième population travaillant significativement plus (p=0.013). Les facteurs protecteurs retrouvés étaient le nombre de médecins dans l'équipe pour l'épuisement émotionnel, les gratifications liées à la relation avec les familles pour la dépersonnalisation, les gratifications liées à l'activité d'enseignement pour l'accomplissement personnel.
Discussion : Le SEP est moins fréquent chez les médecins travaillant en soins palliatifs que chez leurs confrères. Ces données préliminaires seront à confirmer par une étude prospective à plus grande échelle. Les difficultés d'utilisation du MBI pourront faire l'objet de travaux ultérieurs pour permettre d'adapter l'outil à la pratique quotidienne.
Conclusion : Des effectifs médicaux respectés dans les structures, le développement de la recherche et de l'enseignement protégeraient les médecins travaillant en soins palliatifs du SEP.

- FRANÇOIS - CAVELIER de CUVERVILLE Anne. Le programme PRESLO de prévention secondaire des lombalgies chez le personnel hospitalier : évaluation du point de vue des usagers. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2013 - n° 71.
La lombalgie commune est une affection fréquente aux conséquences individuelles et sociétales importantes. Les exercices physiques sont indiqués en prévention secondaire pour limiter la survenue de récidives ultérieures et les arrêts de travail associés. Le programme d'exercices physiques PRESLO a été élaboré dans cet objectif et délivré par une équipe de r adaptation auprès du personnel hospitalier.
L'objectif de cette étude était d'évaluer les modalités d'organisation du programme PRESLO du point de vue des usagers (personnel de santé ayant des antécédents de lombalgie) afin d'identifier d'éventuelles améliorations du programme PRESLO.
Une approche de recherche qualitative a été adoptée. 21 participants ont été sélectionnés intentionnellement dans les différentes catégories professionnelles du personnel. Tous ont été volontaires pour réaliser une entrevue individuelle semi-structuré e explorant leurs représentations de la lombalgie, leurs attentes, leur expérience des séances collectives d'exercices physiques et leur observance de l'autoprogramme à domicile. Toutes les entrevues ont été retranscrites et analysées au moyen du logiciel d'analyse qualitative Atlas.ti.
La participation au programme était motivée par les antécédents de lombalgie, l'attente de soulagement et le désir de gagner en autonomie. L'impact de la séance d'information évaluée après 12 mois a montré une modification des représentations de la lombalgie chez les participants. Les séances collectives d'exercices ont été très appréciées pour l'émulation engendrée par le groupe. Leur observance a été facilitée par la proximité et l'accessibilité (sur le lieu et le temps de travail) ainsi que l'information sur le programme effectuée dans l'institution. L'autonomie des participants à la fin des séances collectives était variable selon les personnes. Les supports d'information délivrés ont été globalement peu utilisés. L'observance durable des exercices de l'autoprogramme à domicile était également variable selon les personnes. L'impact du programme était favorablement évalué par les participants en termes d'autonomisation, de bien-être physique et psychologique et de réduction des douleurs. Les lacunes principales portaient sur l'absence de séance de rappel permettant de maintenir l'autonomie dans la réalisation des exercices et la motivation engendrée par le groupe. Les suggestions formulées portaient sur la nécessité de séances de rappel et d'un suivi plus loin dans le temps.
Les résultats de cette étude ont permis d' évaluer qualitativement l'impact du programme et la satisfaction des participants dans plusieurs dimensions. Des pistes d'amélioration du programme ont pu être identifiées. Des séances de rappel et de suivi semblent importantes pour améliorer l'observance des exercices dans la durée.
Accès Thèse

- ROBERT Noémie. Exploration de nouvelles pratiques face à la souffrance au travail. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2013 - n° 156.
Le médecin du travail est aujourd'hui confronté à des problèmes de souffrance au travail qui ne semblent pas pouvoir se résoudre avec l'approche préventive classique développée en médecine du travail. Le présent travail a pour objet la recherche de pratiques singulières développées face à ces problèmes.
L'étude qui a découlé de ce projet est basée sur le témoignage de quatre médecins du travail formés à la clinique médicale du travail, dont deux sont expérimentés et sont formés à l'ergonomie, et deux ont une pratique plus récente. Le matériel recueilli se compose du récit de leur pratiques à priori, de six récits de prise en charge de salariés en situation de souffrance au travail, d'un récit de pratique en milieu de travail suite à une épidémie de troubles musculo-squelettiques et des commentaires des médecins sur ces prise en charge. Le recueil des données a duré d'août 2011 à septembre 2013. Il a été effectué sous forme d'entretiens individuels avec chaque médecin, et du recueil de récits publiés.
Trois travailleurs étudiés ont une activité d'encadrement contrairement aux autres. Le milieu de travail où se déroule l'exemple de pratique est une Usine de tissage.
Trois d'entre eux ont probablement un trait alexithymique.
La discussion a consisté à formuler des hypothèses sur la pertinence de ces pratiques singulières vis-à-vis des pratiques classiques, en lien avec le contexte des cas exposés, puis à évaluer les obstacles et perspectives de développement de la pratique face à la souffrance au travail. La discussion a été orientée vers ce que nous retenons pour notre pratique.
Les médecins rencontrés s'adaptent à la demande des travailleurs en articulant une pratique substitutive à leur action à un soutien à l'élaboration des travailleurs autour des enjeux de travail ou de leur fil identitaire professionnel, dans un but de recouvrement du pouvoir d'agir et de débattre du travail. L'alexithymie semble constituer une problématique émergente. Enfin, la mise en récit de prises en charge complexes, partagée avec les pairs, et l'attention maintenue à la complexification des dimensions bio-psycho-sociales de l'analyse en santé au travail, constituent des perspectives de développement de la pratique face à la souffrance au travail.

retour Thèses

2014

- BOTTE Cécile. Etude de la pénibilité des spécialités et des tâches des maçons par la fréquence cardiaque. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2014 - n° 72.
Objectif - Notre objectif était d'identifier chez les maçons, les spécialités et les phases de travail les plus pénibles.
Matériel et méthodes - Une étude descriptive a été réalisée entre juillet 2011 et avril 2013, afin de mesurer la pénibilité au travail de 5 spécialités de maçons (coffreurs, de réhabilitation, de finition, de préfabriqué et en ateliers de fabrication) et de 6 phases de travail (coffrage, décoffrage, ferraillage, travaux préparatoires, coulage, rangement). En nous basant sur la cardiofréquencemétrie des 24h, nous avons calculé le Coût Cardiaque Relatif physiologique (CCRphy) et la Fréquence Cardiaque Moyenne au travail (FCMoy) pour chacun d'eux.
Résultats - Les enregistrements de 95 maçons de sexe masculin, âgés de 35,9 ans ± 10,6 ont pu être exploités. Les différences entre les spécialités n'étaient pas significatives. Les phases du coffrage sont plus exigeantes que celles du coulage et du rangement. Il en va de même entre le décoffrage et le coulage (p < 0,05). L'âge et l'IMC augmentent la FC de repos (r = 0,36 ; p < 0,001 et r = 0,22 ; p < 0,05). La fréquence cardiaque de sommeil augmente d'un battement par minute tous les 3 ans. Le pic de FCMax au travail diminue avec l'âge.
Tous métiers confondus, il est constaté une augmentation de 5 bpm de la FCMoy au travail par rapport aux années 1992-95. Ainsi, malgré les progrès technologiques, la pénibilité cardiaque s'accroit depuis 20 ans vraisemblablement du fait de l'intensification du rythme de travail.
Conclusion - Ces phases de travail identifiées les plus pénibles (maçon de réhabilitation, coffrage et décoffrage) deviennent des cibles prioritaires d'action pour réduire la pénibilité des maçons.

- BUTAUD Chloé. Les menaces d'accouchement prématuré chez les internes en médecine de la région Rhône-Alpes de 2010 à 2013. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2014 - n° 38.
Identifier les groupes de femmes à risque d'accouchement prématuré permet de leur faire bénéficier d'une surveillance médicale rapprochée. Avec la féminisation de la profession médicale, les grossesses chez les internes sont de plus en plus nombreuses. L'objectif principal de cette thèse était d'estimer le taux de menaces d'accouchement prématuré (MAP) chez les internes en médecine de la région Rhône-Alpes, au cours des années 2010 à 2013. L'objectif secondaire était d'évaluer le rôle des conditions de travail des internes enceintes sur la survenue de MAP. Un questionnaire a été adressé par mail à 195 femmes ayant accepté de participer à l'étude. Cent-soixante-sept femmes qui avaient accouché au cours de leur internat entre le 1er janvier 2010 et le 30 septembre 2013 ont été incluses. Le pourcentage de MAP ayant nécessité une hospitalisation par rapport au nombre total de grossesses était de 10.2%. La différence avec le taux de 7.5% connu dans la population générale française en 2010 était statistiquement significative. Dans notre population, un nombre de nuits travaillées supérieur à deux par mois et un temps de trajet quotidien supérieur à trente minutes étaient associés à une augmentation statistiquement significative de la survenue de MAP. On a observé par ailleurs que moins de 50% des internes avaient pris au cours de leur grossesse un stage en surnombre et qu'un tel stage ne semblait pas protéger de la survenue d'une MAP. Les répondantes ont souligné l'absence fréquente d'adaptation des conditions de travail même au cours des stages en surnombre. Il ne faut donc pas seulement encourager les internes à choisir un stage en surnombre mais il faut aussi faire en sorte que les conditions de stage lors des surnombres soient vraiment adaptées à la femme enceinte.

- HONNORAT Myriam. Les gelures en milieu militaire : étude cas témoins à recrutement incident dans les Alpes sur l'hiver 2012-2013. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2014 - n° 60.
Introduction. La gelure est une lésion localisée liée au froid qui limite le potentiel d'action du militaire à court et à long terme. Le traitement est urgent, parfois lourd et le risque de séquelles est important. Aucune étude prospective n'existe sur les facteurs de risque de gelure, indépendamment des facteurs de risque environnementaux.
Matériels et méthodes. Nous avons mené une étude cas-témoins prospective sur l'hiver 2012-2013 en milieu militaire dans les Alpes. De décembre 2012 à mars 2013, pour chaque nouveau cas de gelure, les témoins présents sur le même entrainement étaient inclus.
Résultats. 28 cas et 148 témoins ont été recrutés. Après un ajustement de Mantel-Haenszel, deux facteurs de risque ont été identifiés. Le phototype VI (selon l'échelle de Fitzpatrick) était associé de façon significative au risque de gelure (odds ratio ajusté = 7.8 ; IC 95% [2.7 - 22.5]). Le fait d'avoir des frissons (odds ratio ajusté = 4 ; IC 95% [1.5 - 10.6]) doit être considéré comme un signe d'alarme de gelure et d'hypothermie. Nous n'avons pas trouvé de différence statistiquement significative entre cas et témoins pour le tabagisme, l'exposition aux vibrations, le phénomène de Raynaud, l'antécédent de gelure, le groupe sanguin, l'hydratation, l'équipement (gants, chaussures et chaussettes), le poids du sac, l'expérience de la montagne, la prévention reçue sur les gelures, le grade. L'onglée, pré-stade de gelure est également associé au risque de gelure (odds ratio brut 4.3 ; IC 95 % [1.5 -13.9]).
Conclusion. La prévention doit être renforcée auprès des militaires de phototype VI, avant et pendant l'exposition au froid. De nouvelles études devraient permettant de mieux comprendre pourquoi cette population est plus à risque.


- MARFAING Florent. Etude rétrospective des cas de décès sur le lieu de travail, à partir des rapports d'autopsies de l'IML de Lyon, entre 2000 et 2010. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2014 - n° 255.
Les accidents du travail mortels en France restent un sujet préoccupant et les statistiques officielles n'explicitent pas les causes de près de 2 décès sur 5.
Cette étude épidémiologique rétrospective et descriptive, a porté sur les accidents du travail mortels autopsiés à l'Institut de médecine légale de Lyon entre 2000 et 2010. L'étude comporte 239 dossiers au total, majoritairement des hommes (224), dont la moyenne d'âge est de 45,8 ans. Les malaises cardiaques sont responsables de 100 décès dont plus de la moitié sont d'origine cardiaque ischémique. Les accidents traumatiques mortels (morts violentes) représentent 75 cas, il s'agit souvent d'accidents mécaniques, de chutes et d'écrasements. Les ouvriers sont les plus en danger, et les secteurs du BTP, des transports, de l'industrie et de l'agriculture, particulièrement concernés par ces accidents. Pour les autres causes de décès le secteur des services est le plus impacté. Les suicides représentent 49 cas, dont 32 pendaisons, enfin on retrouve 13 homicides.
Les analyses toxicologiques retrouvent une alcoolémie positive dans 43 dossiers, dont 11 cas d'accidents physiques mortels et 6 avec une alcoolémie supérieure à 0,5g/L. Le cannabis est retrouvé dans 16 dossiers avec 11 consommations récentes mais seulement une seule précédant un accident physique mortel, les anxiolytiques sont retrouvés dans 24 dossiers dont 5 cas d'accidents traumatiques mortels.
Cette étude montre l'importance d'une action coordonnée au niveau national, à la fois pour le recueil des informations concernant les accidents du travail mortels, mais aussi pour la mise en place des mesures de prévention adaptées aux disparités des populations de l'étude.

- MILLIET-BAUDE Charlotte. Facteurs de risque professionnels des cancers ORL : Analyse d'une série de cas. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2014 - n° 31.
Un très grand nombre de facteurs de risque intervient dans la cancérogenèse de la sphère ORL. Le tabac et l'alcool sont les principaux facteurs mis en cause, notamment parce qu'ils sont anciens et bien connus par la communauté scientifique. Les facteurs de risque professionnels sont moins faciles à étudier et diffèrent d'une région anatomique à une autre.
L'étude descriptive menée sur 172 cas de cancers ORL pris en charge au Centre Léon Bérard de Lyon retrouve certains facteurs professionnels bien identifiés dans l'historique des patients. La description de la population de l'étude retrouve une large prédominance d'ouvriers qualifiés et le secteur d'activité le plus représenté est celui de l'Industrie Manufacturière.
Concernant les nuisances retrouvées au cours des interrogatoires, les poussières de bois dans le cadre du cancer de la cavité nasale et des sinus de la face ressortant dans 44,4% des cas, et les expositions à l'amiante sont retrouvées dans tous les groupes. Pour les cancers du larynx, dont l'amiante est reconnu cancérogène certain par le CIRC depuis 2009 avec des preuves suffisantes, l'amiante est retrouvée dans 25% des parcours professionnels. L'amiante ressort particulièrement dans le groupe des cancers de l'hypopharynx, où 57,2% des sujets ont été exposés.
Cette prédominance de l'exposition pourrait suggérer qu'un lien entre l'exposition à l'amiante et l'apparition d'un cancer de l'hypopharynx existe mais celui-ci n'a pas encore été démontré avec certitude dans la littérature. La proximité de l'hypopharynx avec le larynx en fait une zone susceptible d'être soumise aux mêmes facteurs de risque, et de nouvelles études doivent être menées.

- UDUMA Oyidiya. Objectivation clinique des troubles musculo-squelettiques dans une blanchisserie hospitalière. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2014 - n° 11.
Une enquête transversale a été réalisée dans une blanchisserie hospitalière dans le but d'évaluer la fréquence des TMS, mais également de mesurer l'impact des facteurs psychosociaux dans la survenue de ces troubles. Cette étude faisait suite à deux autres enquêtes du même type réalisées en 1999, puis en 2004. Elle a été proposée à l'ensemble des agents, dans les mêmes conditions, et la participation était volontaire. Deux nouveaux aspects ont cette fois été explorés : l'examen clinique suivant le protocole SALTSA, couplé au questionnaire Nordique et le questionnaire de SIEGRIST (version courte à 23 items). Nous avons également tenté de rechercher un lien entre la fréquence des plaintes et les conditions de travail, notamment en utilisant le modèle de Siegrist (balance efforts/récompenses).
Sur un échantillon de 24 agents en 2012, à prédominance féminine, le nombre de plaintes de TMS restait important, surtout pour les membres supérieurs. L'épaule se révélait être l'articulation la plus touchée, concernant 87,5% des plaintes. Seulement sept agents ont été examinés, retrouvant 4 cas avérés de cervicalgie, 3 cas de syndrome de la coiffe de rotateurs, 2 cas d'épicondylite latérale, et 2 cas de tendinite des extenseurs de la main. La perception du travail restait plutôt stable, le travail étant jugé moins répétitif, la cadence moins rapide, la force musculaire nécessaire plus grande et une fatigabilité au niveau du rachis plus importante. Dans l'ensemble, le vécu au travail était comparable à celui de 2004 en termes de concentration, monotonie, complexité, ambiance de travail, de qualité des relations au travail et d'intérêt porté au travail. L'ensemble des agents ne présentait globalement pas de déséquilibre au niveau de la balance efforts/récompenses, seulement 3 agent avaient un score R>1, l'effet des facteurs psycho-sociaux semblait moins important, grâce à un bon soutien social. Ce type d'étude inclue de plus en plus souvent l'examen clinique dans la démarche de suivi, permettant l'objectivation de ces plaintes. Il serait intéressant de poursuivre le suivi de cette population fortement exposée aux TMS à la suite du déménagement dans une blanchisserie neuve prévu en 2014 et des modifications profondes du travail que ce transfert entraînera, tout en intégrant l'examen clinique et en restant vigilant sur l'impact des facteurs psychosociaux.

retour Thèses

2015

- BAKKARI Dounia Épouse AHADE. Exploration du processus d'évaluation et de formulation des restrictions médicales d'aptitude au travail des travailleurs lombalgiques : expérience de 10 médecins du travail du personnel hospitalier. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2015 - n° 121.
La lombalgie, touchant essentiellement les personnes en âge de travailler, constitue un problème de santé publique. Le médecin du travail, dans l'objectif de favoriser la reprise du travail et le maintien dans l'emploi, peut préconiser des aménagements du poste et/ou des restrictions médicales d'aptitude au travail.
L'objectif de cette étude était d'explorer le processus d'évaluation et de formulation des restrictions médicales d'aptitude au travail des travailleurs lombalgiques et de recueillir le point de vue des médecins du travail sur cet exercice.
Une approche de recherche qualitative a été adoptée. 10 médecins du travail du personnel hospitalier ont été inclus intentionnellement. La recherche a été conduite sous forme d'entrevues individuelles semi-structurées précédées d' étude de dossiers médicaux d'agents lombalgiques suivi par le praticien interrogé et ayant eu des restrictions médicales d'aptitudes dans les 18 mois précédents.
Les entrevues ont été retranscrites et analysées au moyen du logiciel MAXQDA v 11.
La description du processus d' évaluation et de formulation des restrictions médicales d'aptitude chez les travailleurs lombalgiques a permis d'identifier les différentes étapes d' évaluation (examen de santé et évaluation du poste du travail). Les critères de jugement de l'état de santé du travailleur lombalgique étaient variables, et les modalité s d'évaluations du poste du travail étaient différentes selon les médecins. Ce processus était globalement cohérent. Il s'appuyait sur les données de l'examen de santé et de l'évaluation des contraintes du poste du travail. Il intégrait la faisabilité des restrictions au travail et prenait en compte la notion du collectif du travail. Cet exercice était jugé difficile. Les difficultés étaient liées à l' évaluation de la douleur, la prise en compte du retentissement socioprofessionnel sur le travailleur, le manque de consensus et de normes pour la formulation des aptitudes dans un contexte réglementaire complexe et de jurisprudence abondante.
Des pistes d'améliorations peuvent être proposées en matière d'évaluation d'aptitude médicale au travail avec la possibilité d'utilisation d'outils commun d' évaluation de la douleur et d'évaluation du poste. Concernant la formulation des restrictions médicales d'aptitude, la piste d'explorer la faisabilité d'un consensus sous forme de thésaurus semble intéressante.

- BIDAUD Chloé. Facteurs de risque professionnels des névralgies cervico-brachiales chroniques. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2015 - n° .
De nombreux travailleurs souffrent de névralgie cervico-brachiale chronique (NCBC), pourtant, aucune pathologie du rachis cervical ne figure dans un tableau de maladies professionnelles. Leur reconnaissance ne relève donc jamais de la présomption d'origine. Le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) doit donner son avis sur la relation de causalité entre ces pathologies et les expositions professionnelles.
Nous avons réalisé une analyse descriptive qualitative des dossiers de patients vus au centre de consultation de pathologie professionnelle (CCPP) de Lyon pour NCBC et ceux traités par le CRRMP Rhône-Alpes, entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2014. Nous avons également effectué une analyse quantitative des dossiers traités par le CRRMP entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2014.
Les médecins du CCPP ont estimé que la dégénérescence discale cervicale (arthrose, hernie) était potentiellement imputable au travail dans 60% des cas. Ils ont retenu les facteurs d'hypersollicitation suivants : port de charges, postures répétées ou prolongées du rachis cervical, mouvements répétés du tronc ou des membres supérieurs. Sur les 1748 demandes de reconnaissance pour ce motif reçues par les CPAM en Rhône-Alpes, seulement 4% ont pu être transmises au CRRMP en 10 ans (incapacité permanente atteignant 25%). Un lien direct et essentiel a été retenu dans 12 cas, dont 9 pour des sollicitations en hyperextension du rachis cervical ou port de charges lourdes.
Nos résultats semblent cohérents avec les données de la littérature. Le rôle exact des facteurs professionnels reste difficile à établir ; dans ce contexte, la création d'un tableau de maladies professionnelles parait encore prématurée
.

- PELISSIER Carole. Conditions de travail et état de santé physique et psychique du personnel non médical des établissements d'hébergements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Thèse de doctorat : Lyon 1, 2015 - n° 265.
Contexte : Le personnel non médical des Etablissements d'Hébergements pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) est exposé à des contraintes physiques et psychiques élevées du fait de la prise en charge de résidents de plus en plus dépendants et polypathologiques. Notre démarche de recherche s'appuie sur le modèle de santé publique de Green et Kreuter. Il s'agit de préciser l'état de santé physique et psychique du personnel (diagnostic épidémiologique) et d'explorer les conditions de travail perçues par les salariés (diagnostic comportemental et environnemental).
Matériels et Méthode : Une étude transversale a été menée par 78 médecins du travail auprès 2649 salariés (706 agents de service, 1565 agents de soins et 378 infirmiers) provenant de 105 maisons de retraite de la Région Rhône Alpes. Plusieurs questionnaires standardisés validés ont été utilisés pour recueillir des informations auprès des salariés. Les analyses statistiques ont été réalisées à partir du logiciel SAS, version 9.3.
Résultats : Le personnel interrogé exprime un fort niveau de pénibilité et souhaite recevoir plus fréquemment une formation continue aux soins palliatifs. Il est fortement exposé aux contraintes psychosociales (efforts élevés, récompenses faibles, déséquilibre effort/récompense et surinvestissement). Les plaintes musculo-squelettiques du cou et des membres supérieurs et les signes de détresse psychique de ce personnel sont significativement liées à l'exposition aux contraintes psychosociales.
Conclusions : La prochaine étape de recherche consisterait à établir le diagnostic éducationnel en précisant les facteurs organisationnels associés aux contraintes psychosociales de ce personnel.

- PETE-BONNETON Charlotte. Evaluation du risque lié à l'exposition au protoxyde d'azote, par utilisation du MEOPA, du personnel soignant de pédiatrie de l'hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2015 - n° 139.
Le mélange équimolaire d'oxygène et de protoxyde d'azote est utilisé pour l'analgésie des soins douloureux. Nous avons étudié le risque professionnel en lien avec son utilisation dans des services de consultations et d'hospitalisation. La métrologie évalue les niveaux d'exposition des personnels par des mesurages atmosphériques sur un panel de services de pédiatrie, dans différentes situations de travail. L'air est capté individuellement par l'intermédiaire de pompes, ce qui permet des séquençages pour les phases des soins. L'analyse s'est faite par chromatographie en phase gazeuse avec détecteur à décharge ionisante puisée. Nous y avons associé des mesurages de biométrologie (air expiré).
Nous avons suivi 34 soignants sur l'ensemble de leur poste et assisté à 33 gestes sous MEOPA. Les données indiquent une exposition faible dans les services d'hospitalisation conventionnelle (les taux de protoxyde d'azote pondérés sur 8h sont inférieurs aux 25 ppm recommandées). La situation est préoccupante dans les services à forte consommation et confinant les soins dans quelques pièces: l'hôpital de jour de pneumologie et gastroentérologie et les urgences pédiatriques où certains soignants atteignent des valeurs d'exposition sur 8h, 4 ou 5 fois supérieures à la norme. Les taux de courte durée sont souvent supérieurs aux 200 ppm recommandés, jusqu'à près de 7 fois cette limite. Notre observation des postes a montré que ces contaminations des locaux sont en lien avec d'importantes fuites sur le circuit de distribution du gaz. Les données de biométrologie ne sont pas concluantes ; le taux de protoxyde d'azote dans l'air expiré en fin de poste nous apparaît mal corrélé au taux de protoxyde d'azote inspiré sur l'ensemble du poste. Les 181 soignants ayant répondu à notre questionnaire rapportent des céphalées (47,2%), des nausées (22%), des vertiges (16,7%). Outre l'utilisation appropriée des matériels de distribution et le strict respect des protocoles de délivrance du gaz, les axes de prévention doivent privilégier une optimisation maximale du brassage d'air. Il conviendrait d'utiliser le MEOPA dans des locaux adaptés, conçus pour cette utilisation et bénéficiant d'un système d'extraction d'air efficace afin de réduire les surexpositions. Les médecins du travail en charge de la surveillance de personnel utilisant ce gaz doivent évaluer leur exposition et participer à la prévention. La proposition d'un reclassement temporaire de salariées en désir de grossesse ou enceintes doit être discutée.

retour Thèses

2016

- BOUQUET Antoine. Perchlorate et environnement : état des lieux des connaissances et analyse de la prise en compte des risques lors d'activités liées à l'utilisation militaire. Thèse pour le diplôme d'état de docteur en pharmacie : Lyon 1, 2016 - n° 55.
Le perchlorate est un contaminant émergent devenu problème de santé publique dans les années 2000. C'est un perturbateur endocrinien, toxique pour la thyroïde, qui inhibe l'absorption d'iode. Il peut, par exemple, entraîner des carences et des problèmes de développement neurologique chez l'enfant.
Son exposition dans la population générale est majoritairement par voie alimentaire, notamment par l'eau destinée à la consommation humaine (EDCH). Une exposition par inhalation est également documentée chez les travailleurs du perchlorate et semble possible chez les militaires. Actuellement, la valeur toxicologique de référence (VTR) du perchlorate est de 0,7 µg.kg-1 et la valeur guide dans l'EDCH est de 4 µg.L-1 pour les nouveau-nés et 15 µg.L-1 pour la population générale. Il n'y a pas de valeur guide pour la voie respiratoire, mais la mise en place de valeurs guides pour l'alimentation est en cours.
Le perchlorate est présent dans de nombreuses applications civiles et militaires. Son usage dans les missiles se fait majoritairement sous forme de propergol. Le cycle de vie du perchlorate peut exposer les personnels militaires lors de la fabrication, de l'utilisation et du démantèlement du propergol.
Des mesures de réduction de l'exposition au perchlorate sont en cours d'élaboration, notamment par sa destruction en respectant l'environnement, sa substitution dans les applications militaires, et son élimination des matrices aqueuses. Le développement de méthodes d'analyses plus rapides et un diagnostic de l'exposition à grande échelle permettront de mieux cerner le danger lié au perchlorate et ainsi de protéger l'environnement et l'Homme.

- BUREL-EBEL Laëtitia. Evaluation des risques chimiques environnementaux pour les militaires déployés à l’étranger : état des lieux des pratiques et recommandations. Thèse pour le diplôme d'état de docteur en pharmacie : Lyon 1, 2016 - n° 94.
Les militaires projetés en opération extérieure vivent plusieurs mois sur une zone de déploiement. L’exposition des forces armées à des toxiques chimiques environnementaux peut s’avérer nuisible pour leur santé à long-terme. En effet, des cas historiques comme celui de l’« agent orange » ou le « syndrome de la guerre du Golfe » ont conduit les armées à étudier cette problématique.
En France, des structures de veille et doctrines ont déjà été mises en place, faisant appel au Service de Santé des Armées pour appréhender cette problématique. L’évaluation sur le terrain des risques chimiques d’origine environnementale s’appuie sur une campagne de prélèvements. Cependant, aucun consensus n’existe sur la manière de réaliser cette campagne avant le déploiement opérationnel.
Ce travail propose donc une méthodologie française en s’appuyant sur les conseils d’un comité d’experts et des recherches bibliographiques. L’air et le sol sont les deux milieux retenus pour la campagne de prélèvement puisque l’eau est facilement évitable par les militaires. Notre étude a permis de définir une liste de polluants pertinents à mesurer sur un site inconnu et ne présentant a priori aucun signe de contamination. Une fiche de visite de site a été construite afin de recueillir le maximum de connaissances sur le terrain d’étude. La stratégie d’échantillonnage, à savoir le nombre de prélèvements, leurs conditions et enfin le matériel de collecte utilisé pour chacun des deux milieux étudiés, a été définie. Enfin, il a été proposé les valeurs guides jugées les plus appropriées aux conditions d’exposition environnementale des militaires. Ces décisions sont transcrites sous forme de fiches pratiques dans l’objectif de guider les personnels qui procéderont aux échantillonnages sur de futurs théâtres opérationnels.

- CHALABI DIB Karine. Méthodologie de la démarche de prévention des troubles musculo-squelettiques. Cas d'une intervention dans une entreprise de travaux d'installation électrique. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° .
Mener une démarche de prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) en entreprise nécessite un cadre méthodologique pour appréhender la complexité de ces pathologies dans un contexte professionnel. L'objectif de cette étude était d'étudier la prévalence des TMS et d'analyser les liens avec les contraintes de travail dans l'entreprise, avec pour objectif final d'orienter l'entreprise dans l'élaboration d'un plan de prévention des TMS à destination des électriciens.
Nous avons mené une étude épidémiologique transversale entre Mars et Novembre 2015, reposant sur l'utilisation du questionnaire TMS (INRS), l'évaluation subjective de la charge physique de travail par les échelles de Borg RPE et CR10, des mesures de vibrations pour divers véhicules et outils ainsi que sur une étude ergonomique de l'activité réelle de travail.
Parmi les 52 sujets inclus dans l'étude, les principaux TMS étaient localisés au rachis lombaire (80,8%) et au poignet droit (48,2%). Leur prévalence était très supérieure à celle des TMS reconnus en maladies professionnelles dans l'entreprise et chez les électriciens à l'échelon national. Les sujets de l'étude étaient soumis à des contraintes physiques (charge physique de travail), biomécaniques (postures contraignantes, vibrations), psychosociales (pression psychologique et peur de perdre son emploi) et environnementales fortes. Ces facteurs psychosociaux sont péjoratifs et générateurs de stress malgré des facteurs protecteurs comme l'autonomie dans le travail, le soutien social et des compétences professionnelles valorisées.
La complémentarité des axes d'étude avec l'utilisation d'outils validés et éprouvés en milieu professionnel a permis d'établir un état des lieux approfondi de la question des TMS dans l'entreprise, première étape de la démarche de prévention. L'appropriation des résultats par l'entreprise était un préalable à l'élaboration d'un plan de prévention. L'efficacité de la démarche nécessite la compréhension des mécanismes sous-jacents à la survenue des TMS dans l'environnement de travail et la prise en compte de tous les facteurs de risque, sans éluder les risques psycho-sociaux et organisationnels qui représentent l'enjeu humain des TMS. L'ancrage d'une culture de prévention et d'une dynamique d'amélioration continue dans l'entreprise pourrait être favorisé par la formation de personnes ressources compétentes sur le sujet des TMS.

- COMBARNOUS Camille. Analyse des facteurs d'insertion professionnelle des patients souffrant d'épilepsie vus à la consultation Epilepsie et Travail de Lyon entre janvier 2011 et juin 2012. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° .
Notre étude rétrospective a cherché à mettre en évidence des éléments pronostiques d'insertion professionnelle chez les personnes souffrant d'épilepsie (PSE). Elle a été réalisée à partir d'un recueil de données sur 142 dossiers de patients adressés pour une problématique d'aptitude ou d'orientation professionnelle, entravant l'insertion ou le maintien dans l'emploi, et vus à la consultation Epilepsie et Travail du centre hospitalier Lyon Sud entre janvier 2011 et juin 2012.
Dans une analyse comparative entre les patients en activité et ceux sans emploi, la présence de comorbidités neuropsychologiques et/ou psychiatriques et le contrôle de la maladie se sont révélés comme significativement associés à l'employabilité des PSE. L'étude selon la phénoménologie épileptique n'a pas révélé de lien statistiquement significatif entre l'expression des crises et l'insertion professionnelle. Enfin, on observe qu'une majorité d'avis favorables sur l'aptitude a été donnée à l'issue de la consultation, associés ou non à des préconisations professionnelles ou médicales.
Les résultats mettent en évidence le caractère unique de chaque situation épileptique et professionnelle et la nécessité d'une évaluation individualisée des FSE pour les orienter dans l'emploi, prévenir les situations à risques tout en évitant les restrictions professionnelles excessives.
Les sujets les plus en difficulté ont été accompagnés par l'organisme d'accompagnement dans l'emploi IDEO, souvent pendant plusieurs semaines, voire mois. L'étude du devenir de ces patients, ainsi que celui des PSE n'ayant pas nécessité d'accompagnement, pourrait permettre d'évaluer les besoins à plus long terme des patients en difficulté et améliorer leur prise en charge en amont.

- ISNARD Alexandre. Pneumoconiose du prothésiste dentaire. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° 153.
La profession de prothésiste dentaire est exposée à de nombreux risques professionnels, au premier plan desquels figurent les pathologies dermatologiques et pulmonaires. Ces dernières sont essentiellement représentées par les pneumoconioses, induites par une exposition chronique à des particules métalliques, minérales et biologiques. En raison de la multiplicité des facteurs éthiopathogéniques à leur origine, on parle plus spécifiquement de « pneumoconiose du prothésiste dentaire ». Nous avons présenté quelques observations cliniques illustrant la complexité de cette pathologie professionnelle. Nous avons également interrogé un échantillon de prothésistes dentaires travaillant en région Rhône-Alpes sur leurs pratiques professionnelles et leur état de santé afin de déterminer la meilleure stratégie de prévention à définir. Nous proposons de réaliser un suivi radiologique et biologique régulier de cette population.

- LEROLLE Claire - RICHET Anne. Retentissement socio-professionnel après un cancer du sein : quel retour au travail ? Etude qualitative longitudinale auprès de 10 femmes. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° .
Contexte: Le cancer du sein est une épreuve difficile sur le plan physique et psychologique qui perdure dans le temps. Elle représente un défi pour les femmes, celui de leur adaptation à une nouvelle vie après la maladie. L'objectif de cette étude qualitative était de décrire le retentissement socio-professionnel d'un cancer du sein chez des femmes ayant participé à un programme d'activité physique adapté et leurs besoins d'accompagnement dans le domaine professionnel après cette épreuve.
Matériel et Méthode: Une méthodologie de recherche qualitative a été adoptée. Les données ont été recueillies par deux entretiens individuels semi structurés à 6 mois d'intervalle auprès de 10 femmes et par un troisième entretien téléphonique à 4 mois.
Résultats: 20 entretiens ont été conduits. Les femmes témoignaient d'un parcours long et difficile, avec des effets indésirables qui persistaient, notamment des troubles cognitifs. La notion de rupture biographique et le « vécu d'abandon » après les traitements hospitaliers étaient importants. Les trajectoires des femmes dans leur vie professionnelle suite au cancer avaient été variables avec la survenue de nombreuses difficultés. Un modèle de la démarche de reprise du travail a été établi à partir des trajectoires des femmes et inspiré du modèle de Prochaska et Di Clémente de changement de comportement. La place du médecin généraliste dans le suivi était aléatoire, souvent les femmes semblaient leur attribuer un rôle secondaire.
Discussion: Une meilleure information concernant les troubles cognitifs et leur évolution permettrait peut-être une meilleure acceptation de ceux-ci. De par la proximité du médecin généraliste et la perspective d'un suivi à long terme, ce dernier pourrait prendre un rôle prépondérant dans la prise en charge de ces femmes. Une meilleure compréhension de la démarche de ces femmes dans la reprise du travail, à travers le cycle de Prochaska et Di Clémente modifié, permettrait d'adapter les interventions des professionnels à chaque étape. Enfin une meilleure collaboration entre les acteurs médicaux pour anticiper les difficultés et faire le lien avec le milieu professionnel pourrait améliorer le retour au travail, et permettre aux femmes de se reconstruire dans le travail de façon progressive.

- VARIN Mélanie. Mise en place et évaluation d'un dispositif de recherche systématique de l'origine professionnelle des cancers broncho pulmonaires : validation d'un autoquestionnaire de repérage des expositions professionnelles. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° .
Dix à 29% des cancers broncho-pulmonaires (CBP) seraient d'origine professionnelle et 60% d'entre eux ne seraient pas indemnisés.
Le projet PROPOUMON vise à améliorer le repérage, la reconnaissance et l'indemnisation des CBP d'origine professionnelle en maladie professionnelle à partir d'un auto-questionnaire (AQREP). Un des objectifs est de valider l'AQREP, en le comparant avec le questionnaire établi par la Société de Pneumologie de Langue Française (Q-SPLF). De Mars 2014 à Septembre 2015, 90 patients pris en charge au Centre Léon Bérard (CLB) pour un CBP ont répondu à l'AQREP et au Q-SPLF. Les deux médecins responsables de la consultation évaluaient ensuite de façon indépendante, sur la base de l'AQREP ou du Q-SPLF, l'indication d'une consultation. Si à l'issue de la consultation des arguments en faveur d'une origine professionnelle étaient réunis, une démarche de déclaration était proposée au patient. L'analyse des questionnaires par les deux médecins était concordante à 73%. L'AQREP a une sensibilité de 72% et une spécificité de 73%. Ses valeurs prédictives positive et négative sont de 62% et 82% respectivement. Les informations renseignées par 24 patients étaient discordantes entre les questionnaires. Pour deux patients ayant une évaluation discordante de l'indication de consultation (AQREP+/Q-SPLF- ; AQREP-/Q-SPLF+), un Certificat Médical Initial a été rédigé. Le premier a été refusé par l'Assurance Maladie, le second est en cours d'instruction. Une réunion de concertation pour discuter des cas complexes pourrait être envisagée. Le projet s'élargit actuellement à d'autres centres (Lille, Clermont- Ferrand, Marseille, Caen, Institut St. Catherine Avignon) et aux lymphomes

.- VERNOTTE Marion. Auto-évaluation des risques professionnels à long terme et des moyens de prévention chez les guides de haute montagne. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° 191.
Les guides de haute montagne sont des travailleurs indépendants, ils ne bénéficient donc pas d'un suivi médical par un service de santé au travail, ni de conseils de prévention adaptés. Pourtant, leurs risques professionnels à long terme sont multiples, entraînant un risque d'usure prématurée.
Un questionnaire leur demandant d'auto-évaluer ces risques a été envoyé aux 1600 guides de haute montagne adhérents au syndicat national des guides et les réponses ont été enregistrées de Juillet à Novembre 2015. Ainsi, 164 guides ont été inclus avec une majorité d'hommes, ayant plus de 40 ans (71,9%). 34% souffraient de maladie chronique dont les plus fréquentes étaient représentées par les troubles musculo-squelettiques : l'arthrose (genoux, hanches, épaules) et les tendinites (genoux, épaules, mains et coudes). 66% estimaient que leur maladie chronique était en lien avec leur métier de guide et les causes qui étaient retrouvées le plus souvent étaient : les séquelles de fracture, les chocs répétitifs, le poids des sacs à dos et les longues marches à pied. Les autres risques ressortant majoritairement étaient les cancers cutanés, les pathologies rachidiennes et le stress. Les moyens de prévention de ces différents risques semblent peu connus ou insuffisamment mis en place. Il semble intéressant qu'une information sur les risques professionnels et leurs moyens de prévention soit faite aux guides soit lors de leur cursus de formation soit via les professionnels de santé qu'ils côtoient le plus souvent : les kinésithérapeutes et les ostéopathes.

- WANG Victor. Devenir professionnel à long terme, au-delà de 6 ans, après un traumatisme crânien grave : une étude de cohorte rétrospective. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2016 - n° 189.
Le retour au travail (RAT) est un objectif majeur de la réadaptation des patients victimes d'un traumatisme crânien grave (TCG). Les répercussions sur l'insertion professionnelle à long terme, au-delà de 5 ans, restent encore peu étudiées dans la littérature française ou internationale.
L'objectif de cette étude étaient d'évaluer le retour au travail en termes de fréquence, de conditions et de délai de reprise, puis de rechercher les facteurs prédictifs du RAT à long terme après TCG.
Une étude de cohorte rétrospective a été reconstituée à partir de patients âgés de 16 à 60 ans, admis dans le centre de rééducation des Hospices Civils de Lyon, Hôpital Henry Gabrielle, après TCG entre 2005 et 2009. Les données médico-professionnelles ont été collectées à partir des dossiers médicaux et d'entretiens téléphoniques systématiques pour évaluer le devenir au moins 6 ans après le TCG. Des analyses univariées et multivariées ont identifié les déterminants du RAT.
Sur 96 patients (moyenne d'âge 28 ans, 80 % d'hommes), 62,5% avaient repris le travail dans un délai moyen de 21,8 mois mais 56,3 % restaient maintenus dans l'emploi au moment de l'enquête. En analyse univariée, les facteurs associés au RAT et au délai de RAT sont : le statut professionnel initial, la durée du coma, les handicaps moteur et cognitif, les indemnisations de la Sécurité Sociale, le statut de travailleur handicapé. Les facteurs indépendants associés au RAT et au délai de RAT en analyse multivariée sont : le niveau d'études et le handicap moteur.
La majorité des patients victimes d'un TCG ont repris le travail et restaient maintenus dans l'emploi. Cette étude confirme que de multiples déterminants sont impliqués dans le RAT et souligne l'importance des facteurs socio-environnementaux.

 

retour Thèses

2017

- ARTAUD Julie. Connaissance et perception du risque cardiovasculaire chez les sapeurs-pompiers professionnels du Rhône. Thèse d'exercice de médecine. Spécialité médecine générale : Lyon 1, 2017 - n° 132.
Introduction : Les Sapeurs-Pompiers Professionnels (SPP) ont un risque cardiovasculaire important en raison des contraintes professionnelles auxquelles ils sont soumis. Les objectifs de cette étude étaient d'évaluer leur connaissance et leur perception du risque cardiovasculaire en regard de leurs propres facteurs de risque et des particularités de leur métier et d'évaluer la perception de leur prise en charge.
Matériel et méthodes : Un questionnaire a été distribué lors de la visite médicale des SPP au service de santé et de secours médical du Rhône pendant 16 semaines. Les critères d'inclusion sont : les Sapeurs-Pompiers Professionnels actifs, de plus de 18 ans. L'étude est quantitative. Les variables étudiées sont qualitatives et indépendantes. Nous avons utilisé un test de comparaison de proportion de type X2 (chi deux).
Résultats : 288 questionnaires ont été remplis et 277 retenus. 86.7% des SPP ont un risque cardiovasculaire global faible, 8.5% modéré et 3.3% élevé. 63,5% estiment correctement leur risque cardiovasculaire, 5.5% le sous-estiment leur risque et 28.4% le surestiment. Les règles d'hygiène de vie restent la principale mesure pour réduire le risque cardiovasculaire selon eux. 81% pensent que leur activité physique les protège sur le plan cardiovasculaire. Selon les SPP, les postes les plus à risque de faire un événement cardiovasculaire sont les interventions sur incendies et le départ en intervention. Les contraintes professionnelles qui participent à l'augmentation du risque cardiovasculaire le réveil brutal nocturne, le manque de sommeil et le stress au travail. 37.4% pensent avoir un risque cardiovasculaire plus élevé que la population générale. Ils justifient par le rythme de travail irrégulier, les conditions de travail et le stress. 14.1% pensent avoir un risque plus faible en raison d'une meilleure condition physique, d'une meilleure hygiène de vie, d'un suivi médical régulier et de protections sur les lieux de travail. La majorité (67.5%) estime devoir être surveillée de manière plus rapprochée que la population générale. Ils estiment avoir un suivi correct mais abordent peu le sujet et ne se sentent pas assez informés. Plus de la moitié des SPP aimerait recevoir plus d'information concernant les FRCV.
Discussion : II est difficile pour les SPP d'estimer correctement leur niveau de risque. Nous avons mis en évidence des freins à une meilleure connaissance du risque cardiovasculaire chez les SPP se traduisant par un ressenti de manque d'éducation et d'information sur le sujet. Le rôle du médecin traitant et du médecin du Service de Santé et de Secours Médical est crucial dans la mise en place d'un plan de prévention adapté.

- BASSON Aurélie, épouse CLAIR-BASSON. Pathologies discales lombaires par transmission de vibrations au corps entier chez les conducteurs de bus. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2017 - n° 247.
La conduite d'un bus engendre des vibrations qui sont transmises au corps entier. L'énergie des ondes vibratoires transmises aux structures rachidiennes sous forme de forces de compression et de cisaillement peut accélérer la dégénérescence discale et engendrer des lésions. En France, la radiculalgie par hernie discale lombaire est indemnisée à la suite d'une exposition aux vibrations de moyennes et basses fréquences transmises au corps entier chez les conducteurs de camions poids lourds, contrairement aux conducteurs de bus. Notre travail visait à comparer les situations entre ces deux populations, par l'analyse combinée des connaissances scientifiques internationales et de données locales. Les niveaux d'exposition aux vibrations sont comparables entre les deux populations, et fortement influencés par les paramètres intrinsèques du véhicule et les conditions de conduite. La conduite en milieu urbain, sur chaussée non lisse, peut engendrer des niveaux de vibrations importants, pouvant dépasser les valeurs seuils fixées par la réglementation européenne. Plusieurs études ont montré des prévalences de pathologies lombaires supérieures chez les conducteurs de bus ou de camions poids lourds par rapport à la population générale. La proportion d'affections lombaires dans les deux populations est proche, et celles-ci sont exposées à des niveaux de vibrations comparables. Néanmoins, les conditions d'exercice de chaque profession sont à prendre en compte : situations diverses de conduite, éventuelles activités annexes dont le retentissement n'a pas été évalué ici. La réalisation de travaux complémentaires devrait permettre d'apporter de nouveaux éléments pour la reconnaissance en maladie professionnelle des conducteurs de bus.

- BOTOKEKY Eisa. Évaluation du bénéfice du traitement par ventilation en pression positive continue (PPC) sur la qualité du travail chez les patients présentant un Syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) sévère. A propos de 40 cas. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2017 - n° .
Objectif : L'objectif principal de notre étude était d'évaluer le bénéfice du traitement par PPC sur la qualité et la productivité au travail chez les patients présentant un SAHOS sévère.
Matériel et méthodes : Dans notre échantillon, 40 patients présentant un SAHOS sévère diagnostiqué par polysomnographie ou polygraphie avec indication d'appareillage par PPC (index d'apnées hypopnées > 30 événements/heure) ont été inclus en prospectif. Les patients ont été interrogés par auto-questionnaire avant l'appareillage par PPC et après un à six mois de traitement. La somnolence diurne était évaluée par l'échelle d'Epworth, l'état émotionnel était évalué par l'échelle Hospital Anxiety and Dépression scale (HAD), enfin la qualité et la productivité au travail était évaluée par le Work Rôle Functioning Questionnaire (WRFQ).
Résultats : Après traitement le score de l'échelle d'Epworth était amélioré de façon significative (p < 0,0001). Nous avons retrouvé une amélioration significative du score HAD dans les dimensions de l'anxiété (p = 0,0002) et du score global anxio-dépressif (p = 0,0006). Le score WRFQ était amélioré significativement lors du deuxième questionnaire pour les dimensions des exigences liées à l'horaire (p < 0,0001), des exigences liées à la productivité (p < 0,0001), des exigences mentales (p < 0,0001), des exigences sociales (p = 0,003).
Conclusion : Le traitement par PPC a permis d'obtenir une amélioration des symptômes du SAHOS sévère pouvant impacter sur le travail tels que la somnolence excessive diurne, les troubles anxio-dépressifs, l'altération des capacités au travail.

- GATELLIER Valérie. Développement d'une boîte à outils au travers de l'exploration d'Internet pour des pratiques managériales favorables à la santé mentale au travail. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2017 - n° 246.
Objectifs — Au cours des dernières décennies, les milieux de travail ont connu des changements profonds. L'organisation du travail se caractérise de plus en plus par une intensification de celui-ci, accompagné d'une précarisation des emplois. Ces transformations ont eu un impact sur la santé, générant à la fois des risques physiques et psychologiques. Les risques psychosociaux (RPS) peuvent être définis comme des « Facteurs de risques liés à l'organisation du travail, aux pratiques de gestion (management), aux conditions d'emploi et aux relations sociales pouvant porter atteinte à la santé psychologique ou physique des personnes exposées » (Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ)). L'identification des RPS et les moyens de les prévenir ou de les contrer constituent un défi pour le personnel médical et les directions impliqués dans la prévention.
Méthodes — La réduction des RPS passe par la prévention primaire. Un travail précédent a exploré Internet à la recherche de pratiques managériales favorables à la santé mentale. Et une première liste de sites Internet a pu être réalisée. Il s'agit de sites Internet d'organisations nationales, internationales, d'institutions de recherche ou de sites universitaires. Il existe diverses formes de documents (publications, brochures, vidéos) abordant la prévention primaire sur ces sites. Cependant, la recherche de données spécifiques s'est avérée fastidieuse. Dans le présent travail, nous avons visité complètement tous les sites Internet d'abord identifiés par l'Unité de Santé au Travail de l'INSPQ. Nous avons ensuite construit une boîte à outils qui facilite l'accès à des informations très spécifiques sur chacun des douze indicateurs de RPS (selon une grille d'identification des facteurs de risques psychosociaux au travail). https://www.inspq.qc.ca/expertises/sante-au-travail/organisation-et-conditions-de-travail/promotion-de-la-sante-des-travailleurs/risques-psychosociaux
Résultats — Sur les 50 sites identifiés initialement, 25 ont été retenus pour faire partie de la boîte à outils. Celle-ci a été organisée en deux parties. La première partie, générale, contient la définition des RPS et les différents niveaux de prévention (primaire, secondaire et tertiaire). Sont aussi détaillées les différentes étapes de mise en place d'un plan de prévention primaire. La deuxième partie fournit une définition pour chaque indicateur de RPS, donne des exemples concrets de pratiques managériales favorables à la santé mentale, et indique les sites où l'on peut trouver directement ces pratiques.
Discussion — Au travers de ce travail, plusieurs notions ressortent (importance de la clarté des rôles, du leadership et de la justice organisationnelle). Ces notions définissent un management qui se veut participatif.
Conclusion — Un nombre croissant d'environnements de travail (notamment dans le secteur de la santé) font face à des situations de détresse psychologique, d'épuisement professionnel, de dépression ou, plus généralement, de stress au travail. Une information des managers permet de prendre des mesures de prévention efficaces et durables. Cette boîte à outils simple, qui indique les sites Internet les plus utiles, est donc une aide précieuse pour tous ceux qui souhaitent mettre en œuvre des campagnes de prévention primaire contre les RPS.

- SAUVAJOL Bertrand Emmanuel Sylvain. Dépistage in situ des contaminations internes par des radionucléides de courtes périodes physiques et biologiques en service de médecine nucléaire : une étude transversale. Thèse d'exercice de médecine : Lyon 1, 2017 - n° .
Objectif : Evaluer la faisabilité d'un dépistage urinaire de proximité de contamination interne pour des radionucléides de courtes périodes physiques et biologiques dans un service de médecine nucléaire : une étude transversale descriptive.
Méthode : Pour chaque salarié des services sélectionnés, une diurèse des 24 heures est mesurée directement par un spectromètre gamma sur diode germanium (limite de détection à 20 Bq/L), la mesure reste qualitative et non quantitative. Un examen anthroporadiamétrique est réalisé soit le jour de l'examen ou le lendemain par le laboratoire d'analyse mobile de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.
Les résultats de l'analyse d'urines et l'examen anthroporadiamétrique étaient qualitativement comparés pour chaque salarié. Un questionnaire sur le type de radionucléides manipulés sur les 24 dernières heures ainsi que sur les modalités de radioprotection individuelle est en parallèle rempli par les salariés.
Résultat : Vingt et une diurèses des 24 heures ont été analysées en 2016 et 14 en 2017 sur un échantillon de 31 salariés. Le technétium était le radionucléide majoritairement manipulé (42,5% en 2016 et 47,5% en 2017). La présence de technétium a été qualitativement mise en évidence dans un échantillon lors de l'analyse d'urines contre 4 pour les examens anthroporadiamétriques en 2016 et 2017. Le dépistage urinaire a permis de mettre en évidence 2 contaminations internes sur les 3 significatives en anthroporadiamétrie. L'analyse plus fine des questionnaires a permis de soulever différentes hypothèses pouvant expliquer ces contaminations et cet écart entre les deux techniques.
Conclusion : Les calculs de sensibilité et de spécificité sont difficilement exploitables, au vu de la faible taille de l'échantillon. Le dépistage de proximité est plus facile à mettre en œuvre et peut être répété plus régulièrement par rapport à la lourdeur d'une campagne d'anthroporadiamétrie et permet de s'interroger sur le respect des règles de radioprotection. Cependant, ce protocole de mesures reste non validé pour la surveillance de salariés exposés.


haut de page

mise à jour : octobre 2017